• Archives de la Catégorie De la m … pour ne pas dire du poison dans nos assiettes
  • … et vous vous demandez pourquoi le nombre de cancers augmente ?


    Les agrumes sont la catégorie de fruits la plus contaminée. [Kyle McDonald/Flickr]

    Source : Samuel White | EURACTIV.com

    Les perturbateurs endocriniens présents dans un tiers des fruits en Europe

    Plus du tiers des fruits consommés dans l’UE contient des résidus de perturbateurs endocriniens, selon une étude publiée en amont d’un vote crucial au Parlement sur le sujet.

    Selon une étude menée par l’ONG Réseau action pesticides (PAN Europe), 68 % des fruits consommés dans l’UE présentent des traces de pesticides et pas moins de 34 % contiennent des résidus de 27 pesticides contenant des perturbateurs endocriniens potentiellement dangereux.

    Pour les légumes, les chiffres sont un peu moins élevés, mais restent inquiétants : 41 % contiennent des résidus de pesticides et 14 % des résidus de pesticides contenant des perturbateurs endocriniens potentiellement dangereux.

    Les perturbateurs endocriniens sont des substances perturbant le système hormonal. Ils auraient donc un impact négatif sur le système reproductif, l’apparition de cancers ou encore le développement des fœtus et nouveau-nés.

    Les données utilisées dans l’étude de PAN Europe, récoltées en 2015, montrent que les agrumes sont les fruits les plus contaminés. En effet, entre 46 et 57 % des mandarines, oranges et pamplemousses contiennent des substances endocrino-perturbatrices potentiellement dangereuses. Pour les pêches, raisins et fraises, le chiffre est légèrement plus bas : entre 34 et 45 %. Parmi les légumes les plus contaminés, on retrouve le céleri et la roquette, entre 35 et 40 %.

    En tête des empoisonneurs : l’Espagne !

    Les fruits et légumes cultivés dans le sud de l’Europe sont plus susceptibles de contenir des perturbateurs endocriniens potentiellement dangereux que ceux qui sont produits dans le nord du continent. En tête, l’Espagne (35 % de tous les produits), la Grèce (25 %) et l’Italie (23 %). C’est cependant dans le nord que l’on consomme le plus de fruits et légumes contaminés, en particulier en Irlande (42 %), en Suède (34 %) et aux Pays-Bas (32 %).

    Le 4 octobre, les eurodéputés s’exprimeront sur la proposition de définition des perturbateurs endocriniens proposée par la Commission. La définition a été rejetée par la commission ENVI la semaine dernière et a été vivement critiquée par les militants pour la santé et l’environnement, qui regrettent notamment qu’elle ne tienne compte que des perturbateurs endocriniens présents dans les pesticides.
    L’exécutif européen défend sa proposition, assurant que ses critères de définition sont une étape importante vers une meilleure protection des citoyens européens.

    « Une fois appliqué, le texte assurera que toute substance utilisée dans les pesticides et identifiée comme un perturbateur endocrinien pour les humains ou les animaux pourra être évaluée et retirée de la vente », avait indiqué Vytenis Andriukaitis, commissaire à la santé, en juillet, lors de l’approbation du texte par les experts des États membres.

    Les législateurs européens ne parviennent pas à nous protéger

    PAN Europe (PAN Europe est un réseau d’organisations non-gouvernementales européennes qui promeuvent l’adoption de solutions alternatives à l’utilisation des pesticides.) estime cependant que la définition prévoit une « charge de preuve bien trop importante », ce qui ne la rendra applicable que pour une série très limitée de substances en pratique.

    En outre, sont exclues des critères de la Commission les substances spécialement conçues pour s’attaquer aux systèmes endocriniens (qui gèrent les hormones) des insectes, même si elles ont des conséquences importantes pour d’autres animaux, humains inclus. Une exemption « incompatible avec l’objectif de la législation, qui est d’assurer un haut niveau de protection aux humains », souligne l’ONG.

    « Un sujet d’une telle importance, qui implique nos aliments et touche les plus vulnérables, devrait faire l’objet d’actions immédiates, et si les législateurs européens ne parviennent pas à nous protéger, ce sont les États membres qui doivent agir », martèle Angeliki Lysimachou, toxicologue environnementale.
    « Ces substances n’ont pas leur place dans nos assiettes ni dans notre chaine de production alimentaire. »


  • Les eurodéputés redoutent l’arrivée de «fukusushis» dans les assiettes des Européens


    Source : Samuel White | EURACTIV.com

    Tout le monde n’a pas encore eu de cancer ! La commission Européenne y travaille !

    Six ans après la catastrophe nucléaire de Fukushima, la Commission compte affaiblir les contrôles sur la radioactivité des aliments provenant du Japon. Au grand dam de certains parlementaires européens.
    L’exécutif européen estime en effet que les données récoltées lors des deux dernières saisons agricoles indiquent que les aliments de certaines parties du Japon ne posent plus aucun risque pour la santé humaine ou animale, et que les normes de sécurité alimentaire élevées au Japon rendent les vérifications européennes redondantes.
    La commission parlementaire dédiée à l’environnement (ENVI) a cependant estimé que cette décision était « hautement contestable », six ans seulement après la catastrophe.

    L’exécutif européen incompétent.

    Selon la résolution adoptée par la commission ENVI, présentée par l’eurodéputée française Michèle Rivasi (Verts), la modification réglementaire dépasse les compétences d’exécution de l’exécutif, qui n’en fait peut-être pas assez pour protéger la santé des citoyens.
    « C’est une question sérieuse pour les citoyens européens et notre santé », souligne l’eurodéputé luxembourgeois Claude Turmes. « Il est surprenant qu’au moment de l’annonce de l’accord de libre-échange par le Premier ministre japonais Shinzo Abe et Jean-Claude Juncker, ce dernier ait promis la fin des mesures instaurées après Fukushima sans consulter le Conseil ou le Parlement. »
    Christel Schaldemose, social-démocrate danoise, ajoute que cette décision pourrait miner la confiance des Européens dans les normes de sécurité alimentaire. « Les citoyens de l’UE doivent pouvoir avoir confiance dans l’innocuité des aliments qu’ils consomment », estime-t-elle.

    En plus des sols, les dangers de l’eau contaminée

    Les millions de litres d’eau utilisée par les autorités japonaises pour refroidir les réacteurs nucléaires de Fukushima après l’accident de 2011 ont été stockée dans des réservoirs, afin d’éviter toute pollution de l’océan.
    Le Japon envisage cependant de relâcher cette eau dans la mer. Il ne devrait donc pas être question de baisser la garde, insiste Claude Turmes. « Cela signifie qu’un volume énorme de radioactivité sera relâché le long de la côte pacifique, et les poissons et crustacés qui y sont pêchés seront exportés vers le monde entier », rappelle-t-il.
    Le niveau de radioactivité de l’océan Pacifique suite à la catastrophe nucléaire de Fukushima a grimpé pour atteindre un pic, mais il devrait rapidement baisser, selon une étude du Centre Geomar Helmholtz pour la recherche océanique.
    « Après l’accident de Fukushima, je ne veux pas voir un accident de fukusushi en Europe. C’est notre boulot, en tant que Parlement, de s’assurer que cela n’arrive pas », ajoute-t-il.

    L’Angleterre, sortie de UE continue sa nuisance.

    Tous les membres de la commission ENVI ne partageaient pas les inquiétudes des députés des Verts/ALE. C’est notamment le cas de Julie Girling, conservatrice britannique (CRE), qui accuse ses collègues de s’appuyer sur « une vérité alternative, dans le style de Trump ».
    « Cette objection est tout à fait inutile et complètement injustifiée », estime-t-elle. « Au lieu de protéger les citoyens, on crée des peurs, de la suspicion et de l’inquiétude quant à la consommation alimentaire, alors que nous savons très bien que nous sommes bien protégés. »
    Elle souligne également qu’aucune exportation japonaise n’a présenté un taux de radiation excessif ces cinq dernières années.


  • Des nanoparticules retrouvées dans des bonbons et gâteaux, « 60 millions de consommateurs » alerte

    L’étude s’est penchée sur la présence du colorant E171, l’un des plus utilisés dans l’industrie agro-alimentaire.

    Les nanoparticules sont partout, de la voiture aux crèmes solaires en passant par certains produits de maquillage mais également notre nourriture. C’est justement à la présence dans nos assiettes de ces minuscules composés que s’est intéressé 60 millions de consommateurs dans son numéro de septembre 2017.
    Les nanoparticules sont des matériaux dont le diamètre est inférieur, pour les plus petites, à 100 nanomètres. Pour les produire, il faut réduire certains matériaux tels que l’argent, le silicium, l’oxyde de titane en nanoparticules. À cette échelle, ceux-ci présentent de nouvelles propriétés intéressantes pour l’industrie. Dans l’alimentation, les nanoparticules peuvent agir sur la couleur, le goût, l’odeur, la fluidité ou encore la texture d’un produit. Problème, on connaît mal leurs effets sur la santé humaine. À cause de leur petite taille, les nanoparticules peuvent franchir les barrières de protection de notre organisme.

    Une étude publiée en mars 2017 alertait sur les dangers potentiels de l’E171

    Dans son étude, 60 millions de consommateurs s’est intéressé au colorant E171, le dioxyde de titane et sa présence sous forme de nanoparticules. Le magazine s’est intéressé à 18 produits sucrés, des gâteaux, des bonbons, des desserts glacés qui contiennent du E171 pour mesurer la quantité de nanoparticules au sein de ce colorant.
    Pourquoi les nanoparticules de ce colorant en particulier? En mars 2017, des chercheurs de l’INRA ont inoculé à des rats pendant 100 jours de l’E171 contenant 40 à 45% de nanoparticules, une quantité similaire à celle que nous pouvons parfois ingérer en mangeant ce type de produits. Les résultats de cette expérience ont montré que 40% des rats présentaient des lésions pré-cancéreuses dans le côlon à la fin de l’expérience. Difficile pour l’instant de conclure que les risques pour l’homme sont les mêmes mais d’autres études sont en cours et les suspiscions augmentent autour des nanoparticules de ce colorant.

    Un gâteau glacé de la marque Monoprix gourmet compte 100% de nanoparticules

    Dans l’étude menée par le magazine, aucun des 18 produits étudiés ne mentionne la présence de nanoparticules alors que tous présentent un taux supérieur à 10% de ces particules dans la quantité totale de E171. Au-delà de ce seuil, l’Autorité européenne de sécurité des aliments (Efsa) recommande pourtant qu’il en soit fait mention sur l’étiquette.
    Ce sont dans les desserts glacés et les bonbons que les nanoparticules ont été retrouvées en plus grande quantité. En particulier dans la « Douceur vanille et fruits rouges » de Monoprix gourmet avec 100% de nanoparticules dans la quantité totale de E171. Les « choco-mix Oreo » de la marque Milka s’en sortent mieux, ils réussissent à ne pas dépasser les 10% de nanoparticules quand les M&M’s en comptent eux 20%.
    Mais comme le rappelle le magazine, « pour l’heure, il n’existe pas de dose journalière admissible pour les nanoparticules issues des additifs alimentaires. »


  • Agriculture. Les vertus pesticides du Coca-Cola en Inde

    Les agriculteurs indiens pensent avoir trouvé le moyen de protéger leurs récoltes des insectes.

    Au lieu d’acheter au prix fort des pesticides brevetés à des multinationales, ils pulvérisent leurs champs de coton et de piments de Coca-Cola. Au mois d’octobre, des centaines d’agriculteurs de l’Andhra Pradesh et du Chhattisgarh ont eu recours à cette méthode. Et, comme le bruit court que le Coca-Cola est efficace et qu’il est beaucoup moins coûteux que tous les produits proposés par Monsanto, Shell ou Dow, des milliers de paysans ne devraient pas tarder à leur emboîter le pas.

    Gotu Laxmaiah, qui cultive plusieurs hectares de coton à Ramakrishnapuram, dans l’Andhra Pradesh, s’est dit ravi de ce nouveau pesticide : “Je me suis rendu compte que les insectes nuisibles mouraient peu après la pulvérisation”, a-t-il confié au Deccan Herald.

    Coca-Cola a connu une année très difficile en Inde. Des agriculteurs de l’Andhra Pradesh ont accusé l’entreprise de pomper trop d’eau pour ses usines d’embouteillage, et une commission gouvernementale a établi que ses boissons produites dans le pays, tout comme celles de Pepsi-Cola, renfermaient des quantités inacceptables de résidus de pesticides. Mais, pour les paysans comme M. Laxmaiah, les pulvérisations de colas sont inestimables : le produit peut être manipulé sans crainte, il n’a pas besoin d’être dilué et, surtout, il est bon marché.

    Alors qu’un litre d’Avant, de Tracer ou de Nuvocron, trois pesticides indiens très répandus, se vend environ 10 000 roupies [soit 170 euros], un litre et demi de Coca-Cola fabriqué en Inde ne coûte pas plus de 30 roupies [soit 50 centimes d’euro], ce qui limite à 270 roupies le coût de pulvérisation d’un demi-hectare.

    Manifestement, ce n’est pas la mystérieuse et légendaire composition du Coca-Cola qui dérange les insectes, puisque les agriculteurs portent aussi au pinacle Pepsi-Cola, Thums Up et d’autres boissons gazeuses. Les principaux ingrédients des différents colas sont l’eau et le sucre, mais certains fabricants ajoutent de l’acide citrique et de l’acide phosphorique pour mieux exciter les papilles gustatives des consommateurs.

    “Je pense que le Coca-Cola a trouvé là son véritable usage, observe un éminent agronome indien, Devinder Sharma. Les agriculteurs ont toujours utilisé des solutions sucrées pour inciter les fourmis rouges à manger les larves d’insectes. Les colas peuvent jouer le même rôle.”

    Depuis des années, on débat des propriétés du Coca-Cola : nettoyant efficace pour les toilettes et les pare-brise, c’est aussi un puissant antirouille. Selon des rapports non confirmés, le New Coke, une nouvelle formule de Coca-Cola (qui n’a pas rencontré le succès escompté) serait utilisé en Chine comme spermicide.

    Coca cola essaie de se défendre …

    Le 1er novembre, un porte-parole de Coca-Cola à Atlanta a émis des réserves sur l’utilisation de sa boisson phare comme pesticide : “Nous avons connaissance d’un cas isolé où un agriculteur aurait utilisé une boisson gazeuse dans le traitement de ses récoltes. Ces boissons n’ont pas le même effet que les pesticides lorsqu’elles sont pulvérisées sur le sol ou sur les récoltes. Leur efficacité ne repose sur aucune base scientifique, et il ne servirait à rien d’utiliser ces boissons à cet effet.”

    John Vidal
    Source The Guardian www.theguardian.com
    L’indépendance et la qualité caractérisent ce titre né en 1821, qui abrite certains des chroniqueurs les plus respectés du pays. The Guardian est le journal de référence de l’intelligentsia, des enseignants et des syndicalistes.


  • Les manipulations criminelles de l’industrie du sucre


    © Flickr / Gullina G.

    Source : Courrier International

    L’industrie du sucre a sciemment menti sur le risque cardio-vasculaire

    Un article paru lundi 12 septembre dans une revue scientifique américaine montre que dans les années 1960, l’industrie du sucre a sciemment menti sur le risque cardio-vasculaire. Avec des conséquences dramatiques jusqu’à aujourd’hui.

    Le scandale est comparable à celui des lobbys des grands cigarettiers coupables d’avoir corrompu des scientifiques pour occulter les risques sanitaires du tabac. « Dans les années 1960, l’industrie sucrière [américaine] a payé des scientifiques pour que ceux-ci minimisent le lien entre la consommation de sucre et les maladies cardio-vasculaires et pour qu’ils incriminent, au lieu de cela, les acides gras animés [notamment présents ans les graisses animales] ». Telle est résumée par le New York Times, l’analyse approfondie de documents historiques, publiée lundi dernier dans la revue scientifique JAMA Internal Medicine.

    Ces documents historiques découverts par un chercheur de l’Université de Californie à San Francisco (UCSF) montrent qu’un groupe commercial appelé Sugar Research Foundation (SRF), aujourd’hui connue comme la Sugar Association, « a versé à trois scientifiques de Harvard l’équivalent d’environ 50 000 dollars d’aujourd’hui pour qu’ils publient en 1967 une synthèse de toutes les recherches sur le sucre, les graisses et les maladies cardiaques », détaille le New York Times dans un article qui, depuis sa publication, est le plus du site américain.

    Les revues scientifiques complices

    À l’époque, la synthèse en question, dont les résultats étaient biaisés, fut publiée dans le prestigieux New England Journal of Medicine (NEJM). « Ces révélations sont importantes parce que les débats sur les risques liés à la consommation de sucre et de graisses saturées sont toujours d’actualité aujourd’hui », estime Stanton Glantz, professeur de médecin de l’UCSF et co-auteur de l’article du JAMA.
    Pendant de nombreuses décennies, les Américains ont été encouragés à réduire leur consommation de matières grasses, ce qui a amené les gens à consommer des aliments à faible teneur en graisse mais très sucrés alors que d’après des experts, ce sont justement les aliments sucrés qui sont en jeux dans les problèmes d’obésité ».

    Pire que pire … Les édulcorants, aussi néfastes que le sucre


    Source Guy Fagherazzi Le Point

    La collusion entre les industriels et le monde de la recherche scientifique est une réalité cent fois démontrée. Nous en avons donc une nouvelle fois la preuve en ce qui concerne la problématique des édulcorants. Depuis des décennies, là encore, on nous a affirmé que ceux-ci étaient sans danger, jusqu’à conclure, par un raisonnement spécieux, qu’ils étaient bons pour la santé puisqu’ils nous incitaient à consommer moins de sucre…

    Des études épidémiologiques récentes et indépendantes montrent que les sodas light et les sucrettes augmentent notamment les risques de diabète.

    On les consomme en buvant des sodas dits « light » ou en sucrette avec le café. Les édulcorants comme l’aspartame, le plus courant, ou le sucralose, le plus récent, sont utilisés depuis plus de trente ans en remplacement du sucre, dans le but de ne pas grossir.

    Ils sont cependant controversés, suspectés de favoriser la prise de poids et le diabète de type 2, ou encore d’être cancérigènes.

    La quantité d’édulcorants dans notre alimentation a augmenté massivement ces dernières années sous des formes plus ou moins visibles, les industriels les intégrant de façon croissante dans les céréales, les biscuits, les gâteaux, les produits laitiers comme les yaourts aux fruits allégés en sucre, et même dans certains médicaments.

    Dans le même temps, une recherche indépendante de l’industrie agroalimentaire s’est développée à l’échelle internationale pour tenter de mesurer leurs effets sur la santé, en particulier leur impact sur les maladies métaboliques. Notre équipe du Centre de recherche en épidémiologie et santé des populations de l’Inserm apporte depuis 2012 sa contribution à travers son programme sur les facteurs de risque de diabète de type 2.

    Ses résultats incitent à la plus grande prudence vis-à-vis de la consommation de faux sucre. Dans une étude publiée en février, nous venons en effet de montrer que le risque de diabète augmente avec la consommation de sucrettes. Nous avions montré auparavant que ce risque était également supérieur avec les boissons dites « light », par comparaison avec les sodas classiques.

    Près de 100 000 femmes suivies depuis 27 ans

    Ces travaux se fondent sur les données issues d’une cohorte de près de 100 000 femmes baptisée E3N, pour Étude épidémiologique auprès des femmes de l’Éducation nationale, l’une des rares de cette taille dans le monde. Cette étude de cohorte prospective suit depuis maintenant 27 ans la santé de femmes adhérentes à la Mutuelle générale de l’Éducation nationale (MGEN). Initiée par l’épidémiologiste Françoise Clavel-Chapelon, cette étude vise à mieux comprendre la santé des femmes et leurs risques de développer des pathologies chroniques comme le cancer ou le diabète de type 2.

    Les participantes ont rempli des questionnaires très détaillés sur leur alimentation en 1993, passant en revue chaque repas, y compris les collations et apéritifs précédant les trois repas principaux, et la collation du soir. Les chercheurs disposent ainsi d’informations précises à la fois sur les aliments consommés, mais également sur les apports nutritionnels moyens pour chacune.

    Les sodas « light », plus à risque que les sodas classiques

    En étudiant ces données, notre équipe a mis pour la première fois en évidence, en 2013, un risque de diabète supérieur avec les boissons dites « light », par comparaison avec les sodas classiques. Sur les 66 118 femmes suivies entre 1993 et 2007, 1 369 ont en effet reçu un diagnostic de diabète de type 2. Notre équipe a modélisé le risque de développer cette maladie en fonction de la consommation de trois types de boissons : sodas classiques, sodas édulcorés et jus de fruits 100 % pur jus. Nous avons pris en compte d’autres facteurs comme l’activité physique, l’indice de masse corporelle et les antécédents familiaux.

    D’autres études avaient déjà montré, auparavant, une augmentation du risque de diabète associée à une consommation élevée de boissons sucrées en général. Cette fois, nous avions réussi à les distinguer. À consommation égale, par exemple 1,5 l par semaine, soit l’équivalent d’une grande bouteille, le risque de diabète était 60 % plus élevé avec les boissons « light », comparé aux boissons sucrées classiques. Des résultats d’autant plus marquants que leur consommation, à l’époque, était moins élevée qu’aujourd’hui. Les femmes de l’étude consommaient alors en moyenne chaque semaine 328 ml de boissons sucrées, soit environ une canette, et 568 ml de boissons « light ». Autre enseignement majeur de l’étude : on ne constatait aucune augmentation du risque de diabète avec les jus de fruits 100 % pur jus, des produits sucrés naturellement.

    Un risque accru de diabète avec les sucrettes

    Récemment, notre équipe s’est intéressée à la consommation d’édulcorants en sucrettes et en sachets chez les femmes de l’étude E3N. Dans l’étude que nous venons de publier, citée plus haut, celles qui en consomment « toujours ou presque » voient augmenter de 83 % leur risque de développer un diabète, par rapport à celles qui n’en consomment « jamais, ou rarement ». Les participantes qui en ont consommé régulièrement pendant plus de 10 ans voient leur risque augmenter de 110 % par rapport à celles qui n’en consomment jamais ou rarement, ce qui suggère un effet cumulatif avec le temps.

    Lorsque les analyses prennent en compte l’indice de masse corporelle, l’augmentation du risque persiste, bien qu’étant légèrement inférieure. On peut donc penser que les édulcorants ont bien un effet direct sur le risque de diabète, même si une forte corpulence participe, elle aussi, à l’augmentation du risque.

    Les édulcorants augmenteraient la sensation de faim

    Comment s’expliquent ces effets d’un point de vue physiologique ?
    Leur mécanisme est encore loin d’être élucidé. Une hypothèse serait que les grands consommateurs d’édulcorants auraient une plus forte appétence pour le sucre, doublée d’une surconsommation des aliments en général. Les édulcorants augmenteraient la sensation de faim, ou bien activeraient les récepteurs au goût sucré T1R2/T1R3 situés tout au long du tube digestif. Cela voudrait dire que ces personnes n’obtiendraient pas l’effet généralement recherché, à savoir maintenir leur ligne.
    Selon une autre hypothèse, les grands consommateurs d’édulcorants produiraient également moins d’hormones GLP-1 (pour Glucagon-Like Peptide-1), qui favorisent la sécrétion d’insuline par les cellules beta du pancréas, et auraient plus fréquemment des dérégulations du métabolisme du glucose. Enfin, il a été montré plus récemment sur des animaux que de fortes consommations de certains édulcorants entraînent des modifications du microbiote intestinal, ces micro-organismes dont on réalise aujourd’hui l’importance pour la santé. Ces changements provoqueraient une intolérance au glucose et une insulino-résistance, un mécanisme qui entraîne le diabète de type 2.

    Les sodas « light » comme les sucrettes continuent à véhiculer l’image de produits peu caloriques donc bons pour la santé. Cela soulève plusieurs questions. Cette perception incite les consommateurs à « se lâcher » plus facilement sur la quantité, puisqu’ils pensent avoir affaire à des produits sains.

    Et même en cas de consommation raisonnable, de nombreuses études montrent malgré tout des effets négatifs sur la santé. Il n’est que temps de réfléchir à la manière de faire passer des messages plus justes sur les bénéfices et les risques des édulcorants.


  • Perturbateurs endocriniens : la Commission européenne gangrénée par les lobbys industriels


    Dessin d’Olivier Bonhomme

    Source Théo Mercadier KONBINI

    Aveuglement par le profit à court terme

    Les perturbateurs endocriniens, ces micro-éléments chimiques d’origine naturelle ou artificielle, qui perturbent notre système hormonal et seraient liés aux développements de cancers, de diabète, d’obésité et de complications de grossesse, ont encore de beaux jours devant eux. Pourtant, leur présence identifiée dans certains produits (pesticides, produits cosmétiques, électronique, etc.) devrait en théorie rendre possible leur interdiction pure et simple, l’urgence n’étant plus à prouver.
    C’est sans compter sur la timidité (ou peut-être la corruption ?) de la Commission européenne face à la question, qui lui vaut aujourd’hui un nouveau revers.

    « La France, le Danemark ou encore la Suède, ont refusé de voter la proposition de la Commission en faisant part de leurs désaccords sur le fond du texte, toujours inacceptable à leurs yeux. »

    Et pour cause ! Le texte, délivré avec trois ans de retard, porte à chaque ligne la marque des groupes d’intérêts industriels, dont le lobbying forcené a dénaturé en profondeur un projet de loi qui aurait pu les forcer à modifier les formules de leurs produits. Une catastrophe potentielle pour ces industriels (Bayer, Monsanto et compagnie), dont les produits sont bourrés de ces molécules nocives pour la santé, comme le glyphosate ou le bisphénol A.
    Une enquête du journal Le Monde, qui a eu accès à une grande partie des documents échangés dans le cadre de ce processus de « réglementation », révèle comment la Commission a torpillé le procédé dès le début. En 2013, l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA), un groupe de scientifiques convoqué spécialement pour définir les contours juridiques d’une possible réglementation des produits dangereux, publie un rapport qui devient le socle du projet de loi de la Commission.

    La conclusion de ce rapport, (consultable ici) est faussée. Pire ! Une partie absolument fondamentale de cette conclusion a été écrite en 2012, avant même que l’EFSA ne se réunisse en 2013 pour traiter de la question. Conflit d’intérêts, quand tu nous tiens.

    Tunnel administratif : la Commission sous influence

    Tout tourne autour d’une simple phrase, ajoutée à la conclusion de l’EFSA :

    « Les perturbateurs endocriniens peuvent […] être traités comme la plupart des substances [chimiques] préoccupantes pour la santé humaine et l’environnement ».

    En clair, les perturbateurs endocriniens, qui coûtent chaque année 157 milliards d’euros à l’Europe, qui menaceraient notre QI selon Michel Cymes, qui favorisent le développement de certains cancers (et la liste est longue), sont considérés comme des produits chimiques comme les autres. Il faudrait dont leur appliquer les mêmes critères d’évaluation qu’aux autres produits chimiques, à savoir que leur dangerosité doit être avérée et prouvée au cas par cas, sans prendre en compte le principe de précaution et la dangerosité présumée. Perdu d’avance.

    D’une part, selon les dispositions prévues par le texte, il est quasiment impossible d’incriminer la dangerosité d’un perturbateur endocrinien, du fait des critères excessivement restrictifs imposés par la Commission. D’autre part, les perturbateurs endocriniens sont tellement nombreux et variés que, du fait de ces critères restrictifs, c’est encore une fois mission très difficile pour tous les qualifier de dangereux.

    Le projet de loi prévoit même de mettre en place des dérogations pour certains produits dont les risques sont jugés « négligeables pour l’homme », même en cas de risque potentiel, ce qui ouvre un véritable boulevard aux producteurs de ces produits.

    En bref, un tunnel juridique savamment orchestré au fil des années par la Commission européenne, qui, de campagne de désinformation en campagne de désinformation, n’en finit pas de biaiser les rapports scientifiques sur le sujet.

    « Les discussions sur les perturbateurs endocriniens souffrent de cette déformation des preuves scientifiques par des acteurs financés par l’industrie »,

    s’alarment ainsi 100 experts dans une tribune publiée dans le journal Le Monde.

    La grogne de la société européenne

    Les ONG, scientifiques et États européens volontaristes accusent ainsi la Commission d’avoir cédé aux sirènes des lobbyistes en proposant, dans son projet de loi, une définition très timide des perturbateurs endocriniens qui « requiert un niveau de preuve bien plus élevé que pour d’autres substances dangereuses, comme celles cancérigènes. » (France Info).

    La centaine de scientifiques à l’origine de la tribune dans le journal Le Monde enfonce le clou :

    « dans la pratique, il sera très difficile de reconnaître une substance dangereuse comme perturbateur endocrinien », tout en rappelant l’urgence de « mettre la science à l’abri de l’influence des intérêts privés ».

    Côté politique, ça grogne. Ségolène Royal, ministre de l’Environnement, de l’Énergie et de la Mer, a ainsi répété à de nombreuses reprises qu’elle s’opposait au texte en l’état, comme de nombreux dirigeants européens. Dans une lettre adressée au président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, et cosignée par des officiels suédois et danois, elle juge ainsi que la proposition de loi est « inacceptable », et qu’elle « marquerait un recul dans l’action de l’Union européenne de protection de la santé de nos concitoyens et de notre environnement ».

    Sans surprise, la société civile s’est également emparée de cet enjeu sanitaire majeur qui concerne l’ensemble des citoyens européens et leur descendance. Fin février, sept personnalités écolo, dont Nicolas Hulot, José Bové et Yannick Jadot, se sont livrées à un test médiatisé pour démontrer l’ampleur du problème. Les résultats sont sans appel : les échantillons de cheveux de toutes les personnes testées comportaient des traces de ces perturbateurs endocriniens, dans des proportions parfois alarmantes. Les cheveux de la navigatrice Isabelle Autissier comportent pas moins de 68 molécules différentes et potentiellement dangereuses !

    Une pétition lancée sur Sum Of Us a récolté plus de 300 000 signatures pour demander l’abandon pur et simple des critères restrictifs imposés par la Commission européenne et pour remettre au centre de la table le principe de précaution, qui veut qu’un produit suspecté ne peut être commercialisé. Une tolérance zéro voulue par de nombreux parlementaires européens mais qui ne semble manifestement pas rentrer dans les projets de la Commission, trop occupée à brosser l’industrie chimique dans le sens du poil. Et pendant ce temps là, rien n’est fait.


  • « Si le paracétamol était mis sur le marché aujourd’hui, il ne serait pas autorisé à la vente. »


    Source : https://www.sante-corps-esprit.com/doliprane/

    Doliprane : lisez ceci avant d’en avaler le moindre gramme

    Un des plus grands experts toxicologues du Canada, le Dr David Juurlink, a récemment lâché cette petite bombe :
    « Si le paracétamol était mis sur le marché aujourd’hui, il ne serait pas autorisé à la vente. » [1]

    Personnellement, j’irais même un cran plus loin : à mon avis, le Doliprane devrait être purement et simplement interdit.

    J’exagère ? À vous de juger, quand vous aurez lu cette lettre jusqu’au bout (certaines découvertes récentes font froid dans le dos, vous verrez).

    Mais je peux d’ores et déjà vous affirmer que nos autorités ne risquent pas d’agir de sitôt.
    Car le paracétamol est l’ingrédient principal d’un nombre impressionnant de médicaments : le Doliprane, bien sûr, composé à 100 % de paracétamol … mais aussi le Dafalgan et l’Efferalgan, ou encore Actifed, Humex, Fervex, Prontalgine, etc…

    Cela fait du paracétamol le NUMÉRO 1 des ventes en pharmacie.

    En nombre de boîtes, c’est le médicament le plus vendu en France, de très loin, avec la bénédiction de notre système médical.

    Au total, les multinationales pharmaceutiques gagnent plus de 6 milliards de dollars avec ce produit. [2]
    Si l’on révélait d’un seul coup toute la vérité sur le paracétamol, c’est tout notre système de santé qui pourrait chanceler :

    • Pour l’industrie pharmaceutique, le paracétamol est comme un domino : s’il s’effondre, il entraînera beaucoup d’autres médicaments dans sa chute. Car le paracétamol a longtemps joui d’une « bonne réputation » – si même lui est inefficace et dangereux, que penser des autres médicaments ?
    • Pour nos autorités de santé, c’est leur crédibilité qui est en jeu : comment ont-elles pu recommander son utilisation massive pendant si longtemps, et l’autoriser en vente libre ?
    • Quant aux médecins qui ont prescrit ce médicament de bonne foi pendant des années, ont-ils vraiment envie qu’on leur dise qu’ils ont mis leurs patients en danger ?
    Personne n’a intérêt à ce que le scandale éclate.
    Alors tout se passe discrètement, à pas feutrés…

    Les petites manœuvres commencent

    Aux États-Unis, la FDA (l’équivalent de notre « agence du médicament ») l’a récemment avoué : près de 100 000 Américains sont victimes chaque année d’une intoxication au paracétamol… et 450 d’entre elles n’en réchappent pas. [3]

    Les autorités canadiennes ont fait un pas de plus : en 2015, elles ont lancé une grande réflexion officielle sur la prescription du paracétamol. Voici ce que vous pouvez lire sur le site du ministère de la santé canadien :
    « Le paracétamol (acétaminophène) est la principale cause de graves lésions du foie, y compris l’insuffisance hépatique aiguë, dans de nombreux pays, dont le Canada, les États-Unis, le Royaume-Uni et l’Australie. »
    Notez que la majorité des surdosages sont parfaitement involontaires.

    Pire, dans 1 cas sur 5, ces intoxications gravissimes ont eu lieu alors même que le patient avait respecté la dose maximale autorisée !!

    Toujours sur le site officiel canadien, vous pouvez lire :

    « De plus, jusqu’à 20 % des cas de lésions du foie associées au paracétamol mentionnent des doses dans la gamme recommandée (moins de 4 g par jour, soit l’équivalent de 8 comprimés de 500 mg). »

    Malgré ce diagnostic sans appel, le Canada n’a toujours pas pris la moindre mesure.
    Mais la Suède, elle, a commencé à prendre le sujet à bras le corps.

    D’abord, les Suédois ont décidé de retirer le paracétamol des supermarchés, en novembre 2015. Il faut dire qu’entre 2006 et 2013, le nombre d’hospitalisations causées par ce médicament avait été multiplié par deux. [4]
    Puis, en octobre 2016, les autorités suédoises ont interdit aux mineurs d’acheter plus d’une boîte à la fois.

    Quant aux adultes, ils recevront désormais un avertissement systématique, sous la forme de « conseils d’utilisation ».

    Mais le pharmacien leur dira-t-il la vérité, toute la vérité ?

    Probablement pas… sinon ils renonceront immédiatement à en acheter la moindre boîte !
    Car le Doliprane n’est pas seulement dangereux… il est aussi franchement inefficace :

    Parfaitement inefficace en cas d’arthrose ou de mal de dos

    Ce sont deux articles scientifiques récents qui ont révélé le pot aux roses. Ils ont été publiés dans les journaux médicaux les plus respectés au monde, le British Medical Journal et The Lancet.
    Dans le premier, les chercheurs ont passé en revue toutes les études ayant comparé l’efficacité du paracétamol à un simple placebo.

    Et le résultat est saisissant [5] : contre les douleurs de l’arthrose et de la lombalgie (mal du bas du dos), l’effet du paracétamol est soit totalement « inefficace », soit « insignifiant ».
    Dans le second article, les chercheurs ont recensé 74 études ayant impliqué près de 60 000 patients [6] victimes d’arthrose.

    Et ils sont arrivés exactement à la même conclusion : le paracétamol n’entame pas d’un millimètre les douleurs, par rapport à un simple placebo.

    Et pourtant, aujourd’hui encore, en 2017, le paracétamol reste le médicament prescrit en première intention contre l’arthrose et les lombalgies.

    Mais là où il est le plus utilisé, de loin, c’est contre les rhumes et les états grippaux.
    Et là encore, c’est assez aberrant.

    Inutile et dangereux en cas d’état grippal

    D’abord parce qu’il est inutile et dangereux de chercher à faire baisser la fièvre d’un adulte, au moins tant qu’elle ne dépasse pas 39,5°.

    Car la fièvre est votre amie ! Elle est là pour vous aider à tuer les microbes. Si vous l’empêchez d’agir, vous risquez tout simplement d’être malade plus longtemps et plus gravement !

    Il est donc insensé de prendre du Doliprane au moindre petit état grippal !
    De plus, il faut éviter comme la peste les médicaments à base de paracétamol spécialement conçus pour le « rhume », comme Actifed ou Fervex, car ils contiennent en plus des produits douteux :

    • Actifed contient aussi de la pseudoéphrédine, une molécule proche des amphétamines et dont les effets indésirables ont été jugés « peu acceptables » en 2008 par la Commission nationale de pharmacovigilance ;
    • Le Fervex et l’Humex contiennent de la phéniramine, un antihistaminique aux propriétés anticholinergiques et qui, à ce titre, accroît votre risque de développer Alzheimer. [7]

    Avez-vous vraiment envie de prendre des risques pour un simple rhume ?

    Surtout quand vous avez compris que ces médicaments ne vous aideront jamais à guérir, puisqu’ils n’agissent pas sur les virus. Dans le meilleur des cas, ils « soulagent vos symptômes ».
    D’accord, me direz-vous, mais si on a une vraie grippe, bien douloureuse, cela ne vaut-il pas le coup d’être « soulagé » ?

    Si cela marchait, sans doute ! Mais est-ce vraiment le cas ?

    Pour en avoir le cœur net, des chercheurs de Nouvelle-Zélande ont sélectionné 80 patients atteints d’état grippal sérieux, dont la moitié ayant une grippe confirmée.

    Et ils leur ont donné soit un placebo, soit 4 000 mg par jour de paracétamol (une dose très forte) pendant une à deux semaines.

    Eh bien figurez-vous qu’ils n’ont pas trouvé la moindre différence dans l’état des deux groupes. Même sur la fièvre, le paracétamol n’avait pas eu le moindre effet !! [8]

    Voilà pour l’efficacité du paracétamol. Un mythe s’effondre !
    Mais ce n’est pas le pire.

    Le pire, c’est que le paracétamol peut-être extrêmement dangereux… en particulier si vous en prenez suite à une soirée « arrosée ».

    Surtout, n’en prenez pas après avoir bu de l’alcool !

    Les lendemains de fête, on a souvent mal au crâne. Quoi de plus naturel d’ouvrir son armoire à pharmacie pour attraper un Doliprane ?

    Et pourtant, ce simple geste peut vous envoyez à l’hôpital, si vous avez le malheur de forcer sur la dose.
    Car cela fait 50 ans qu’on le sait : le paracétamol est toxique pour le foie !

    L’alcool aussi. Et comme vous pouvez l’imaginez, si vous combinez les deux, les résultats peuvent être dramatiques.
    Dans les services de transplantation du foie en Grande-Bretagne, les deux tiers des patients étaient là à cause d’un excès de paracétamol. Et c’étaient pour la plupart de bons buveurs d’alcool. [9]

    En cas de mélange d’alcool et de paracétamol, ce sont aussi vos reins qui sont en danger : vous avez 120 % de risque en plus d’avoir de graves problèmes rénaux… même si la dose d’alcool est modérée ! [10]

    Et le pire, c’est que le paracétamol n’est pas simplement dangereux en cas de surdose accidentelle : là où il fait le plus de victimes, c’est chez ceux qui en prennent très régulièrement.

    Si vous en prenez trop souvent, vous risquez tout simplement… la mort !

    Le gros problème du paracétamol, c’est qu’il ne suffit pas d’éviter les overdoses pour être à l’abri.
    Une grande étude publiée dans le British Journal of Clinical Pharmacology l’a révélé de manière éclatante [11] : parmi des patients dont le foie était sévèrement endommagé, ceux qui avaient consommé chaque jour un peu trop de paracétamol avaient plus de risque de mourir que ceux qui avaient été hospitalisés pour un seul surdosage grave.
    Ces pauvres malades voulaient calmer leurs douleurs chroniques… et à cause du Doliprane, ils se sont retrouvés dans un service de transplantation, à attendre la greffe d’un nouveau foie… qui arrive parfois trop tard.

    Et ce n’est pas tout : même les doses « autorisées » peuvent faire de lourds dégâts.

    D’après une revue d’études publiée dans Annals of the Rheumatic Diseases, la prise de paracétamol aux doses conseillées augmente de 23 % le risque de mortalité ! [12]

    Les mêmes chercheurs ont aussi découvert que les femmes qui prennent plus de 15 comprimés par semaine ont plus de crises cardiaques : leur risque est augmenté de 63 % !
    Or 15 comprimés par semaine, c’est encore deux fois moins que le maximum autorisé !

    Bref, le Doliprane n’est clairement pas cette « pilule inoffensive » qu’on vous a longtemps présentée.
    Surtout lorsqu’on ajoute à tout cela les effets indésirables très inattendus découverts récemment :

    Saignements gastriques, asthme, surdité, fertilité… et insensibilité !

    On a cru pendant longtemps que le Doliprane ne posait pas de souci à l’estomac. C’était d’ailleurs un gros avantage par rapport aux anti-inflammatoires classiques (aspirine, Ibuprofène…), dont on sait qu’ils peuvent provoquer des brûlures d’estomac et des saignements.

    Eh bien figurez-vous que cet « avantage » du paracétamol n’est pas si clair que cela.
    Dans une étude récente, des patients ont pris soit du paracétamol, soit de l’Ibuprofène pendant 13 semaines. Sans surprise, au bout de 13 semaines, une petite partie des patients sous Ibuprofène avait perdu l’équivalent d’une unité de sang, probablement à cause de saignements digestifs.

    Mais la perte de sang était exactement la même chez ceux qui avaient pris du Doliprane! [13]
    Vous en voulez encore ? Voici d’autres risques du paracétamol :

    • Il rend sourd ! Si vous êtes une femme, il suffit d’en prendre 2 fois par semaine pendant 6 ans pour augmenter votre risque de surdité de près de 10 % ! [14] (Même chose pour l’Ibuprofène, mais pas l’aspirine;) ;
    • Il peut rendre votre enfant asthmatique : s’il en prend régulièrement avant l’âge de 3 ans, son risque d’asthme augmente de 29 %[15] ;
    • Chez la femme enceinte, le paracétamol est à éviter fortement : non seulement il augmente le risque d’asthme de l’enfant, mais il accroît aussi son risque de troubles du comportement et d’hyperactivité [16], ainsi que d’infertilité et de cancer des testicules chez les garçons. [17]

    Et comme si cela ne suffisait pas, le paracétamol s’en prend aussi à votre cerveau :

    Il suffit d’en prendre 1 000 mg pour que votre empathie baisse : vous devenez subitement moins sensible à la souffrance de ceux qui vous entourent. [18]
    Vous voyez que je n’exagérais pas !

    Si le paracétamol était une plante chinoise ou un remède naturel… il serait interdit et pourchassé depuis longtemps… les médias nous abreuveraient de messages pour dire à quel point sa consommation est dangereuse et déconseillée…

    …et si un naturopathe avait le malheur de le prescrire à un malade, il serait immédiatement traîné en justice, accusé d’être un meurtrier en puissance.
    Alors n’hésitez plus : jetez à la poubelle vos dernières boîtes et tournez-vous vers les solutions naturelles, plus efficaces et moins dangereuses !

    Réfléchissez-y à deux fois avant d’acheter votre prochaine boîte

    Je vous ferai prochainement une lettre détaillée sur les meilleurs anti-douleurs, mais je voudrais ici vous rappeler que :

    • En cas de mal de tête, l’aspirine est nettement plus efficace que le paracétamol, mais il existe aussi des alternatives naturelles qui font moins de dégâts à l’estomac, comme l’huile essentielle de lavande vraie ou de menthe poivrée ;
    • La douleur est presque toujours liée à l’inflammation. Or le curcuma et le gingembre sont d’excellents anti-inflammatoires naturels, qui réduisent très efficacement la plupart des douleurs. [19][20][21][22] Commencez toujours par cela avant de prendre quelque chose de plus fort !
    • Contre l’arthrose, la glucosamine et chondroïtine d’un côté, et l’harpagophytum réduisent aussi efficacement les douleurs que les médicaments anti-inflammatoires.
    • Des huiles essentielles comme l’Eucalyptus citronné ou la Gaulthérie couchée font des merveilles pour lutter contre les douleurs générales dentaires, musculaires, règles douloureuses, état grippal… quelques gouttes suffisent pour vous soulager rapidement !

    Et n’oubliez pas non plus de vous servir d’un remède vieux comme le monde : la chaleur ! Une bouillote chaude là où vous avez mal soulage toujours !

    C’est ce qu’on faisait du temps de nos grands-mères : il n’y avait pas de paracétamol… et on ne s’en portait que mieux !

    Bonne santé,
    Xavier Bazin

    [1] Why our faith in pain killer acetaminophen isn’t always justified. Paul Taylor. The Globe and Mail, Octobre 2015
    [2] Top 20 generic molecules worldwide. By Eric Palmer FiercePharma
    [3] Paracétamol hors officines : une expérience douloureuse en Suède. JIM. Octobre 2014
    [4] Pourquoi la Suède retire le paracétamol des supermarchés. Léa Galanopoulo. Avril 2015 Allodocteurs.fr
    [5] Efficacy and safety of paracetamol for spinal pain and osteoarthritis : systematic review and meta-analysis of randomised placebo controlled trials. BMJ 2015. Gustavo C Machado. Pas mieux qu’un placebo, donc… mais beaucoup plus dangereux. Les auteurs révèlent que les patients sous paracétamol ont été 4 fois plus nombreux à se retrouver avec des analyses sanguines inquiétantes pour leur foie…. alors même qu’ils avaient pris des doses « normales ». Par ailleurs, une autre étude contrôlée confirme l’inefficacité totale du paracétamol contre le mal de dos : http://www.thelancet.com/journals/lancet/article/PIIS0140-6736(14)60805-9/abstract.
    [6] Effectiveness of non-steroidal anti-inflammatory drugs for the treatment of pain in knee and hip osteoarthritis : a network meta-analysis. Bruno R da Costa. The Lancet. Mars 2016
    [7] Voir ma lettre sur le sujet : Un moyen simple d’éviter Alzheimer
    [8] Randomized controlled trial of the effect of regular paracetamol on influenza infection. Wiley Online Library. Saral Jefferies et all, Décembre 2015
    [9] Darren G. N. Craig, Caroline M. Bates, Janice S. Davidson, Kirsty G. Martin, Peter C. Hayes & Kenneth J. Simpson Staggered overdose pattern and delay to hospital presentation are associated with adverse outcomes following paracetamol induced hepatotoxicity British Journal of Clinical Pharmacology Volume 73, Issue 2, Article first published online: 6 JAN 2012
    [10] Relationship of acetaminophen and alcohol usage to renal dysfunction: An opportunity for health promotion/education in chiropratic. Think Global. Harrison T. Ndetan et all, Novembre 2013
    [11] Craig DG, Bates CM, Davidson JS, Martin KG, Hayes PC, Simpson KJ. Staggered overdose pattern and delay to hospital presentation are associated with adverse outcomes following paracetamol-induced hepatotoxicity. Br J Clin Pharmacol. 2012 Feb;73(2):285-94. doi: 10.1111/j.1365-2125.2011.04067.
    [12] Emmert Roberts, Vanessa Delgado Nunes, Sara Buckner, Susan Latchem, Margaret Constanti, Paul Miller, Michael Doherty, Weiya Zhang, Fraser Birrell, Mark Porcheret, Krysia Dziedzic, Ian Bernstein, Elspeth Wise, Philip G. Conaghan. Paracetamol: Not as Safe as We Thought? A Systematic Literature Review of Observational.Ann Rheum Dis doi:10.1136/annrheumdis-2014-206914.
    [13] Michael Doherty, Chris Hawkey, Michael Goulder, Iain Gibb, Nicola Hill, Sue Aspley, Sandie Reader. A Randomised Controlled Trial of Ibuprofen, Paracetamol or a Combination Tablet of Ibuprofen/Paracetamol in Community-Derived People with Kneepain. Ann Rheum Dis 2011;70:1534-1541 doi:10.1136/ard.2011.154047.
    [14] American Journal of Epidemiology December 14 2016 DOI: 10.1093/aje/kww154 Duration of Analgesic Use and Risk of Hearing Loss in Women
    [15] Paracetamol use in pregnancy and infancy linked to child asthma
    [16] Association of Acetaminophen Use During Pregnancy With Behavioral Problems in Childhood. Evidence Against Confounding. E. Stergiakouli et al. JAMA Pediatrics, août 2016. doi:10.1001/jamapediatrics.2016.1775
    [17] S. van den Driesche, J. Macdonald, R. A. Anderson, and al. Prolonged exposure to acetaminophen reduces testosterone production by the human fetal testis in a xeno- graft model. Science Translational Medicine, 2015; 7 (288): 288ra80
    [18] Mischkowski D., Crocker J., Way B.M. From Painkiller to Empathy Killer: Acetaminophen (Paracetamol) Reduces Empathy For Pain. Soc Cogn Affect Neurosci. 2016 May 5.
    [19] Ahebkar A., Henrotin Y. Analgesic Efficacy and Safety of Curcuminoids in Clinical Practice: A Systematic Review and Meta-Analysis of Randomized Controlled Trials. Pain Med. 2016 Jun;17(6):1192-202.
    [20] Khayat S., Fanaei H., Kheirkhah M., Moghadam Z.B., Kasaeian A., Javadimehr M. Curcumin Attenuates Severity of Premenstrual Syndrome Symptoms: A Randomized, Double-Blind, Placebo-Controlled Trial.
    [21] Kuptniratsaikul V., Dajpratham P., Taechaarpornkul W., Buntragulpoontawee M., Lukkanapichonchut P., Chootip C., Saengsuwan J., Tantayakom K., Laongpech S. Efficacy and Safety of Curcuma Domestica
    Extracts Compared with Ibuprofen in Patients with Knee Osteoarthritis: A Multicenter Study. Clin Interv Aging. 2014 Mar 20;9:451-8. doi: 10.2147/CIA.S58535. eCollection 2014.
    [22] C. Black, P. O’Connor. Short Term Effects of 2-Grams of Dietary Ginger on Muscle Pain, Inflammation and Disability Induced by Eccentric Exercise. The Journal of Pain, vol. 9, issue 4, p25.


  • Bayer a déposé une plainte contre la Commission européenne

    Bayer a déposé une plainte contre la Commission européenne pour qu’elle retire les restrictions imposées à l’utilisation de pesticides qui tuent des millions d’abeilles à travers le monde.

    C’était grâce à d’intenses pressions de la part du public que nous avions réussi à obtenir ces restrictions importantes : nous ne pouvons donc pas rester les bras croisés pendant que les multinationales des pesticides s’affairent à les faire annuler et que les abeilles sont en danger de disparition.

    A qui profite le crime ?

    Leurs milliers de salariés sont complices !

    Comment s’expliquer que des milliers de personnes de la direction jusqu’aux balayeurs de l’entreprise laissent égoïstement détruire la vie, leur vie ! Avec pour seul argument : « il faut bien qu’on bouffe ! »

    Bayer et Syngenta, deux des plus importants groupes d’agrochimie au monde, soutiennent que cette interdiction est « injustifiée » et « disproportionnée ». Néanmoins, il a été prouvé scientifiquement que leurs produits contribuent à la surmortalité des abeilles, ce qui met en péril toute notre chaîne alimentaire.

    L’agriculture, pour ne pas dire les agriculteurs, est complice !

    Récemment, 37 millions d’abeilles sont mortes dans une seule ferme au Canada. À moins que nous ne passions à l’action dès maintenant, les abeilles continueront de mourir. Il faut faire comprendre à Bayer que nous ne tolérerons pas le fait qu’ils fassent passer leurs profits avant la santé de notre planète. Ce serait un véritable désastre pour les abeilles si cette multinationale parvenait à soumettre l’Europe à sa volonté.

    Les dangereux produits chimiques que Bayer fabrique sont des néonicotinoïdes, ou néonics. Les graines sont enduites de néonics qui se répandent ensuite à travers la plante et tuent les insectes qui s’y posent pour prendre une bouchée. Ces pesticides sont aisément remplaçables par d’autres produits chimiques dont l’effet n’est pas aussi dévastateur sur la chaîne alimentaire. Malgré tout, certaines multinationales comme Bayer et Syngenta engrangent des fortunes en vendant des néonics et elles feront tout ce qui est en leur pouvoir pour protéger leurs profits.

    Que peuvent faire nos grands irresponsables européens ?

    L’Union européenne a interdit ces produits mortels pour les abeilles en mai 2013, après qu’une immense campagne ait sensibilisé les organismes décisionnels et que l’Autorité européenne de sécurité des aliments ait établi scientifiquement que les néonics posent d’importants risques pour les populations apicoles. Tout au long du processus, Bayer s’est battu contre l’imposition de restrictions en empruntant les tactiques de l’industrie du tabac : se payer à coup de millions d’euros des lobbyistes (et des eurodéputés) et des études non scientifiques pour s’assurer que les décideurs ne passent pas à l’action.

    Maintenant, nous devons défendre ces restrictions décisives pour la survie des abeilles et pour notre approvisionnement alimentaire.

    Il faut maintenant, en Europe et partout à travers le monde, défendre l’interdiction européenne de ces dangereux pesticides. Les restrictions ne sont en place que pour deux ans, après quoi elles feront l’objet d’une réévaluation.
    Si nous permettons à ces entreprises d’intimider les autorités européennes en toute impunité, la pression pour renverser l’interdiction sera immense.
    Ce serait une grande victoire pour l’industrie du poison et une terrible défaite pour les abeilles et pour nous tous. N’importe quelle réglementation environnementale deviendrait plus difficile à instaurer parce que les entreprises qui n’arrivent pas à gagner sur le terrain des faits peuvent utiliser leurs énormes profits pour financer des actions en justice à la fois coûteuses et sans fondement.

    Bayer est une énorme entreprise, propriétaire de nombreuses marques connues. Les néonics contribuent grandement à sa rentabilité, mais elle ne peut pas se permettre d’avoir une mauvaise image véhiculée à l’échelle mondiale. Si le grand public apprend que Bayer est en train de détruire notre écosystème et de menacer la survie des insectes qui pollinisent un tiers de toutes les cultures, l’entreprise n’aura d’autres choix que de faire marche arrière.

    Une pétition circule que vous pouvez signer … si ce n’est pas trop tard pour la planète !

    Signez la pétition, en cliquant ici, pour dire à Bayer et à Syngenta de retirer dès maintenant leurs plaintes et leurs produits qui mettent en danger les abeilles.


  • E171 – Dioxyde de titane, l’empoisonnement continue…! (Deuxième couche)


    Source : http://www.bioetbienetre.fr/dioxyde-de-titane-l-empoisonnement-continue/ar290.htmlhttp://www.alternativesante.fr/additifs/le-dioxyde-de-titane-nanometrique-aussi-dangereux-que-l-amiante

    L’E171 – le dioxyde de titane est partout

    Le dioxyde de titane (TiO2) ou oxyde de titane est une molécule composée d’oxygène et de titane, elle a été autorisée comme additif alimentaire, sous le code E171.

    Connu pour ses propriétés opacifiantes et pour être le plus blanc des pigments blancs, le dioxyde de titane est très utilisé dans le domaine de la peinture, de la papeterie, du plastique et de la céramique.

    Notre alimentation n’est pas en reste, fromages, pâtisseries, chewing-gum, confiseries en contiennent pour séduire le consommateur.

    On retrouve le dioxyde de titane aussi dans nos produits d’hygiène, savons, crèmes cosmétiques et dentifrices.

    D’autres domaines comme le traitement de l’eau ( en tant qu’agent bactéricide), ou le milieu hospitalier (utilisation en tant que photo-catalyseur) montrent l’ampleur du phénomène TiO2.

    Selon certaines études, l’inhalation, l’ingestion ou le contact régulier avec la peau mettent la santé de l’homme plus ou moins en danger en fonction des doses auxquelles il est exposé.

    Le dioxyde de titane : molécule cancérigène, mutagène ?

    Le TiO2 est d’ailleurs classé depuis 2006 « potentiellement cancérigène pour l’homme » et certains toxicologues n’hésitent pas à le montrer du doigt en tant que molécule mutagène qui en pénétrant les barrières biologiques lèse l’ADN et endommage sérieusement les cellules, alors que les laboratoires cosmétiques affirment avec conviction qu’il est sans danger pour nos cellules.
    Crèmes solaires (pour son effet anti UV), maquillage dont les fards à paupières, rouges à lèvres, fond de teint en crème, poudre libre ou compacte (pour son pouvoir anti-agglomérant); la plupart des cosmétiques, qu’ils soient conventionnels ou de qualité bio en contiennent et chacun d’entre nous se trouve exposé continuellement à ce produit réputé toxique.

    Quelques laboratoires ont décidé de ne pas commercialiser la molécule pour sa toxicité sur l’homme et son impact sur l’environnement mais la plupart l’utilise allègrement.

    Que faire contre l’utilisation du dioxyde de titane ?

    L’éviter !
    À nous consommateurs de refuser l’E171, ce produit dangereux au même titre que les OGM ou les pesticides.
    S’il est difficilement repérable chez votre pâtissier (un macaron ou une crème blanche comme neige devraient vous interpeller !), il est très facilement identifiable sur les produits cosmétiques dans la liste INCI du produit sous le nom de Titanium oxide.
    En février 2011, UFC que Choisir titrait « Dioxyde de titane, une bombe à retardement ? ».
    Devant la manne financière, les pouvoirs publics ne semblent pas pressés d’en interdire la fabrication, alors évitons simplement d’ en consommer pour notre propre santé.
    Si on a bien identifié la dangerosité de l’amiante, on est encore loin d’avoir découvert toutes les substances toxiques auxquelles nous sommes confrontés régulièrement et dont la nocivité est au moins aussi importante. C’est le cas, du dioxyde de titane nanométrique.
    Selon le Professeur Jürg Tschopp, qui a dirigé pendant des années le département Biochimie de L’Université de Lausanne, l’amiante et le dioxyde de titane sont vraiment similaires et ont la même puissance toxique. Le problème est que le dioxyde de titane est désormais présent partout, et en grande quantité.
    Depuis quelques années, les nanoparticules (un million de fois plus fines qu’un cheveu), nouveau créneau de la nanotechnologie, inquiètent certaines autorités sanitaires, d’autant plus qu’elles échappent à toute législation, en raison du manque de moyens techniques de contrôle. Du coup, les industriels s’en donnent à cœur joie.

    Plus de 2 millions de tonnes de dioxyde de titane nanométrique (nano-TiO2) sont produites chaque année dans le monde, un chiffre qui a doublé en moins de dix ans !

    Principalement utilisé comme pigment et opacifiant, le dioxyde de titane entre dans la composition de peintures, de cosmétiques, de crèmes solaires mais aussi médicaments, dentifrices, confiseries et plus généralement dans les colorants alimentaires et différents produits d’usage courant.

    Sous forme nanotec, c’est de la dynamite !

    Les études se suivent et se ressemblent.
    • Dès 2003, les premiers soupçons sont apparus.
    • En 2006, le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) a classé le dioxyde de titane cancérogène possible pour l’homme.
    • En 2007, la représentante de l’AFSSAPS a dit craindre des maladies auto-immunes conséquentes, à partir de phénomènes observés au niveau d’implants médicaux.
    • En 2009, plusieurs études ont montré que les nanoparticules pouvaient endommager l’ADN, sans même pénétrer dans les cellules. D’où un possible effet cancérigène.
    • En mars 2010, l’AFSSET (Agence française de sécurité sanitaire de l’environnement et du travail) a officiellement sonné l’alerte : « Le risque ne peut pas être évalué, il ne peut donc pas être exclu », et a recommandé d’agir sans attendre au nom du principe de précaution. Mais les lanceurs d’alerte, même publics, n’ont guère la cote chez les puissants lobbies.

    Bon appétit à tous !


  • Jetez votre four à micro-ondes, il est dangereux !

    Cuisez pendant 3 minutes, attendez 30 ans pour voir si l’ingrédient contaminé vous a donné un cancer de l’estomac.

    Source : Merci à Galadriel des Brindherbes Engagés

    Pourquoi la Russie a interdit l’usage des fours à micro-ondes en 1976 ?

    Des consommateurs meurent aujourd’hui en partie parce qu’ils continuent de manger des aliments morts tués par les fours à micro-ondes. Ils prennent un morceau parfaitement sain, chargé de vitamines et d’éléments nutritionnels, puis les irradient dans le micro-onde et détruisent presque tout son côté nutritif.

    Les humains sont les seuls animaux de la planète à détruire la valeur nutritionnelle de leur nourriture avant de la manger.

    Tous les autres animaux consomment la nourriture à son état naturel, non transformé, mais les humains courent en fait des risques pour rendre les aliments moins riches au plan nutritionnel avant leur consommation. Pas étonnant qu’ils soient les mammifères affligés de la plus mauvaise santé de la planète.
    En Russie, les fours à micro-ondes ont été interdits en 1976, à cause de leurs conséquences négatives sur la santé comme l’ont montré diverses études sur son utilisation. L’interdiction a été levée après la Perestroïka au début des années 90.

    Diabète galopant, cancer, maladies cardiaques, dépression, insuffisance rénale, troubles du foie et autres.

    L’invention des fours à micro-ondes et son adoption en masse par la population coïncide avec le début de l’obésité dans les nations développées du monde. Le micro-onde a permis non seulement de manger davantage d’aliments favorisant l’obésité, il a aussi détruit une majorité de composants nutritionnels de ces aliments, laissant les consommateurs dans un état croissant de suralimentation avec malnutrition. En d’autres mots, les gens mangent trop de calories mais pas suffisamment de nutriments réels. Le résultat en est, bien sûr, ce à quoi nous assistons aujourd’hui : diabète galopant, cancer, maladies cardiaques, dépression, insuffisance rénale, troubles du foie et autres.

    Ces maladies sont toutes causées par la combinaison d’une malnutrition et l’exposition à des produits chimiques toxiques (plus d’autres facteurs comme les traumatismes émotionnels, le manque d’exercice, l’hérédité etc.). Les micro-ondes créent virtuellement une automatique malnutrition et s’exposer aux toxiques chimiques est facile à faire en mangeant simplement des aliments transformés (qui sont universellement fabriqués avec une addition de poisons présents en tant que conservateurs, colorants, rehausseurs de goût etc).

    Cuire au micro-onde est, techniquement, une forme d’irradiation de la nourriture.

    Je trouve intéressant que les gens qui disent ne jamais manger d’aliments « irradiés » n’ont aucune hésitation à « micro-onder » leurs aliments. C’est la même chose (juste une longueur d’onde différente). En fait, les micro-ondes se nommaient à l’origine « cuisinière radar ». Ça semble bizarre aujourd’hui, n’est-ce pas ?

    Mais quand les premiers micro-ondes ont été introduits dans les années 70, on en faisait une fière promotion en tant que cuisinières radar. Vous exposez votre nourriture à un radar à haute fréquence et elle chauffe. On regardait ça comme une sorte de miracle de l’ère spatiale dans les années 70. Peut-être qu’un jour un inventeur créera un appareil à chauffer les aliments qui n’en modifie pas radicalement la valeur nutritionnelle, mais je ne me fais pas d’illusions là-dessus. Le meilleur moyen maintenant de chauffer les aliments est probablement d’utiliser un simple mini-four et de chauffer aussi bas que possible.

    En passant, le micro-onde fonctionne comme annoncé. Il chauffe votre nourriture. Mais le mécanisme qui produit la chaleur cause des dommages internes aux structures moléculaires délicates des vitamines et phytonutriments. Les minéraux sont largement non affectés, cependant, vous obtenez donc le même magnésium, calcium et zinc dans les aliments cuits au micro-onde que ceux cuits autrement, mais toutes les vitamines B importantes, les anthocyanines, les flavonoïdes et autres éléments nutritionnels sont facilement détruits par les fours à micro-ondes.

    Le micro-onde est l’appareil du mort vivant.

    Les gens qui utilisent le micro-onde de manière régulière sont sur la pente de maladies dégénératives et d’une permanente bataille contre l’obésité. Plus vous utilisez le micro-onde, plus votre état nutritionnel empire et plus vous risquez d’être diagnostiqué de diverses maladies et mis sous médicaments qui, bien sûr, créeront d’autres problèmes de santé qui mènent à une dégringolade de la santé.

    Faites-vous une faveur : jetez votre micro-onde.

    Il est plus facile d’éviter de s’en servir s’il n’y en a pas un dans votre environnement. Il fera de la place sur votre plan de travail, économisera de l’électricité et améliorera fortement vos habitudes alimentaires. Le mieux est de vous efforcer de manger plus de cru. C’est ainsi que vous obtiendrez la meilleure nutrition.


  • Nanoparticules de dioxyde de titane : une présence alimentaire préoccupante pour la santé


    Source : Florence Roussel Actu Environnement.com

    L’Inra lève le voile sur de possibles impacts sanitaires de l’ingestion de dioxyde de titane

    Une étude de l’Institut national pour la recherche agronomique (Inra) démontre pour la première fois chez l’animal que le dioxyde de titane (TiO2) à l’état nanoparticulaire engendre des troubles du système immunitaire lorsqu’il est ingéré. Les chercheurs montrent par ailleurs qu’une exposition orale chronique à cette substance induit de façon spontanée des lésions dans le côlon, un stade non malin de cancer, chez 40% des animaux exposés.

    Les chercheurs restent prudents en précisant que ces résultats ne peuvent pas être extrapolés à l’Homme. Reste qu’ils démontrent que le dioxyde de titane n’est pas exempt d’impact sanitaire. Jusqu’à maintenant, seule l’inhalation de TiO2 était connue pour provoquer des tumeurs malignes chez le rat, ce qui a conduit l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) a demandé en juin 2016 son classement européen comme substance cancérogène.

    Aujourd’hui, cette étude de l’Inra est un signal supplémentaire qui a poussé les ministères chargés de l’économie, de la santé et de l’agriculture à saisir l’Anses afin de déterminer si la substance présente un éventuel danger pour les consommateurs. Les résultats de cette saisine seront connus fin mars.

    Un additif alimentaire très utilisé

    Le dioxyde de titane à l’état nanoparticulaire est utilisé à grande échelle dans les cosmétiques, les crèmes solaires, les matériaux de construction mais aussi en tant qu’additif alimentaire. Ses propriétés de colorant blanc et d’opacifiant expliquent sa présence dans les bonbons, les produits chocolatés, biscuits et chewing-gums, ainsi que dans les compléments alimentaires. Il est également présent dans les dentifrices et les produits pharmaceutiques. Composé de micro et de nanoparticules, le E171 n’est pas soumis à l’étiquetage « nanomatériau » puisqu’il n’est pas composé à plus de 50% de nanoparticules (en général 10 à 40%).

    Le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) saisi pour une exposition par inhalation au dioxyde de titane en milieu professionnel a conduit au classement dans le groupe 2B, c’est-à-dire cancérigène possible pour l’Homme. Aujourd’hui, avec cette étude, l’Inra donne de premiers éléments sur une exposition orale. « Ces premiers résultats justifient une étude de cancérogénèse selon les lignes directrices de l’OCDE, afin de compléter ces observations à un stade plus avancé de la pathologie », estiment les chercheurs.

    Les associations écologistes montent au créneau

    En attendant, les associations et politiques sensibilisés à la question des nanoparticules en appellent au principe de précaution.

    « Au vu des résultats de cette étude qui vient s’ajouter à d’autres études inquiétantes, le principe de précaution doit s’appliquer. Les enfants sont en première ligne : ils seraient deux à quatre fois plus exposés au dioxyde de titane que les adultes du fait de leur consommation de confiseries », prévient Agir pour l’environnement tout en demandant le retrait de tous les produits alimentaires contenant des nanoparticules ainsi qu’un moratoire dans l’alimentation.

    La députée européenne Michèle Rivasi (EELV) en appelle à l’Europe : « Les États membres de l’UE doivent mettre en place un étiquetage strict de ces substances , ce qui n’est toujours pas le cas malgré la législation européenne qui leur impose de le faire. »


  • Des nanoparticules potentiellement cancérogènes dans plus de 100 sucreries pour enfants

    dioxyde-de-titane
    Source Sophie Chapelle Bastamag.net

    Dioxyde de Titane

    Vous avez peut-être déjà repéré la mention de ce colorant sur des produits alimentaires : le « E171 ». Il s’agit de dioxyde de titane. Il sert à améliorer l’aspect du produit en lui donnant une blancheur immaculée ou en faisant briller bonbons et glaçages. Une enquête de l’association Agir pour l’environnement révèle que plus de 100 produits destinés aux enfants contiennent ce colorant : bonbons Têtes brulées, Elodie, Fizzy, chewing-gumAirwaves, Hollywood, Freedent, Malabar, confiserie M&M’s (Mars), Skittles, gâteaux LU, chocolats Milka (Mondelēz International), décorations gâteaux Vahiné (McCormick)…

    Problème : le dioxyde de titane contient des particules d’un diamètre moyen de 100 à 130 nanomètres. « Les particules de taille extrêmement petite (un milliardième de mètre) ont la capacité de franchir les barrières physiologiques (intestins, cerveau, reins…), de pénétrer dans l’organisme et de s’y accumuler », précise Agir pour l’environnement.
    Pour le journaliste Roger Lenglet, il s’agit d’une « bombe sanitaire » dans la mesure où ces particules peuvent avoir des effets mutagènes, cytotoxiques, cancérigènes, voire même neurotoxiques (notre entretien). Or, les enfants sont en première ligne : ils ingurgiteraient deux à quatre fois plus de titane que les adultes du fait de leur consommation de sucreries.

    Infraction à la réglementation européenne

    L’étiquetage des nanoparticules dans l’alimentation est théoriquement obligatoire depuis décembre 2014. Le règlement européen « INCO » prévoit l’obligation d’apposer sur l’étiquette la mention « nano » entre crochets, avant le nom de l’ingrédient concerné, à compter de fin 2014.

    « Mais la pression des lobbys industriels pour un allègement de cette obligation a retardé l’entrée en vigueur de cette mesure », relève Avicenn, un association de veille citoyenne sur les nanotechnologies.

    « A notre connaissance, aucune mention [nano] ne figurait en tout cas en juin 2016 sur les étals français. »
    Les nanoparticules de dioxyde de titane sont pourtant classées comme « cancérigène probable » pour l’être humain depuis 2006 par le Centre international de recherche sur le cancer. En 2014, l’Anses – l’autorité sanitaire française en matière d’alimentation – préconise même de les classer comme substances dangereuses afin de permettre des mesures de restriction.

    L’institut sanitaire des Pays-Bas (RIVM) vient d’alerter sur leurs risques pour le foie, les ovaires et les testicules.

    « Après le scandale de l’amiante, comment accepter que les enfants soient les cobayes de ces substances dangereuses qui envahissent notre alimentation à notre insu ?, interpelle l’association Agir pour l’environnement. N’ayant aucune utilité pour le consommateur tout en leur faisant courir des risques inutiles, un moratoire sur la nano-malbouffe s’impose ! »


  • Dans nos assiettes, les fruits gardent la trace des pesticides

    80 % de nos fruits contiennent des pesticides
    Source Sybille de la Rocque – ConsoGlobe

    80 % de nos fruits contiennent des pesticides

    Chaque année, des milliers de tonnes de pesticides sont répandus sur les terres agricoles françaises.

    Lorsqu’ils sont dans nos assiettes, nos fruits gardent la trace de ces produits potentiellement dangereux pour notre santé. Dans quelle mesure ? L’association UFC-Que Choisir a tenté de réponse à cette question en soumettant 150 échantillons de fruits, qu’ils soient issus de l’agriculture biologique ou classique, à analyse.

    Le bilan tiré par l’association n’est pas reluisant. « 80 % des fruits renferment au moins un résidu (de pesticide). Ceux qui n’en n’ont aucun sont tous bios, à une exception près. En moyenne, sur un échantillon et selon le type de fruits, cinq à sept molécules sont retrouvées », indique UFC-Que choisir dans son bilan.

    Le lavage et l’épluchage des fruits ne sert à rien !

    Certains fruits battent même des records.

    Il a été retrouvé, par exemple, 15 molécules sur du raisin, 14 sur des fraises, 12 sur des poires et 11 sur des pommes.

    « En tout, 85 substances différentes ont été retrouvées », note l’association de défense du consommateur qui précise que s’il « s’agit à chaque fois de toutes petites doses, on y est exposé pendant toute notre vie, et on ne sait pas vraiment quelles peuvent être les conséquences ».

    Pour éviter l’ingestion de ces pesticides, le bio reste à privilégier.
    Mais l’association a voulu se pencher sur l’impact du lavage et de l’épluchage des fruits et légumes issus de l’agriculture classique, puisqu’aucune donnée précise n’existe actuellement sur la question.

    Pour cela, UFC-Que choisir a mené une étude sur plusieurs lots de pommes, en soumettant à analyse des pommes brutes, des pommes lavées et des pommes épluchées. Le résultat est décevant : si neuf molécules ont été retrouvées sur les pommes brutes, il en a été retrouvé 8 sur les pommes lavées et encore 6 sur les pommes épluchées.


  • Nous sommes ce que nous mangeons

    manger

    « Nous sommes ce que nous mangeons »

    En ces termes s’exprimait le philosophe allemand Ludwig Feuerbach (1804-1872), disciple de Hegel et chef de file du courant matérialiste. Deux siècles plus tard, cette affirmation est toujours d’actualité.
    Ce que nous ingérons par la bouche, notre organisme l’utilise pour se construire lui-même. Nous sommes faits de la nourriture que nous avalons, de l’eau que nous buvons, de l’air que nous respirons, des pensées, des espoirs et des craintes que nous nourrissons. Nous sommes également faits de l’influence qu’ont l’extérieur et autrui sur nous. Notre bien-être physique, mental, émotionnel et spirituel dépend de la qualité et de la pureté des substances qu’absorbe notre organisme.

    En général, on accorde assez peu d’attention à ce qu’on l’on ingère, il est rare qu’on se fasse la réflexion que cette substance fera partie de nous et qu’elle conditionnera nos processus chimiques, biologiques, énergétiques et spirituels. Si une substance est compatible avec notre nature, l’organisme l’assimilera sans effort et en tirera un bénéfice. Dans le cas contraire, notre corps subira cette action comme une pollution, il luttera pour en neutraliser les effets négatifs, lui faisant perdre de l’énergie. Lorsque notre organisme n’est plus capable d’éliminer les toxines introduites et accumulées, la maladie se manifeste dans la partie la plus touchée et la plus affaiblie de l’organisme.

    Le physique et le mental intimement liés

    En réalité, la nourriture n’influence pas uniquement le physique mais également la conscience et la manière de penser. On peut connaître un homme en fonction de ce qu’il mange. L’ingénieur français André Simoneton a prouvé que les radiations émises par un organisme sain avoisinent les 6500 angströms (unité de longueur valant 0,1 nanomètre, soit 1 dixième de milliardième de mètre) et subdivisent les aliments en trois catégories : les « morts », dont les radiations sont nulles (aliments cuits, alcool et sucre), ceux inférieurs à 3000 angströms (viandes, lait, fromages, confitures et pain), et ceux très élevés entre 8000 et 10000 angströms (fruits, légumes crus et lait maternel).

    Le botaniste allemand Von Bunge (1893-1890) a déclaré : « la vie se base sur la transformation de substance par le biais d’un processus qui libère des énergies, comme dans tout processus de transformation d’une entité chimique d’atomes et de molécules en une autre. » Et comment pourrait-il en être autrement ? Il y a des aliments qui guérissent et d’autres qui nuisent, c’est un fait.

    Conclusion

    Si nous mangeons de la merde, nous aurons des idées de merde !

    Pensez-y avant d’entrer cher Mac Do !


  • Quelques cartes intéressantes concernant la pollution en France

    Déchets de guerre

    Les guerres éclatent, les guerres s’arrêtent, les armistices sont signés, les monuments aux morts fleurissent, les souvenirs se fanent, les résidus de la guerre restent et continuent à polluer et à mutiler. La Belgique, la France, à l’épicentre des deux dernières guerres mondiales, l’Allemagne et l’Angleterre hébergent dans leurs sols des milliers de munitions de toutes sortes et de tous calibres, chimiques ou conventionnelles, dégradées et encore actives. Les campagnes et consignes de déminage manquent de souffle et de budget. La filière déchets de guerre est à construire.
    Polution1

    Perchlorates

    Que sont les perchlorates ?
    Les divers sels de perchlorates peuvent être utilisés dans de nombreuses applications industrielles, en particulier dans les domaines militaires et de l’aérospatiale (propulseurs de fusées, dispositifs pyrotechniques, poudres d’armes à feu…). Les perchlorates peuvent se retrouver dans l’environnement à la suite de rejets industriels, mais également dans des zones ayant fait l’objet de combats pendant la première guerre mondiale. Les ions perchlorates sont très solubles dans l’eau.
    Polution2

    Décharges sous marines de munitions

    En France, des milliers de tonnes de munitions ont été récupérées après la guerre 14-18. Certaines ont été démantelées, d’autres ont été amenées dans les ports à partir des onze départements de la « zone rouge » ou à partir d’arsenaux situés plus au sud, pour être jetées en mer, malgré un risque majeur de pollution locale et mondiale des écosystèmes marins et littoraux. Quelques lacs sont aussi concernés (Avrillé, Gérardmer…). Il semble également que des puits, d’anciennes mines et galeries, d’anciennes zones humides ou gouffres (ex : gouffre de Jardel) soient localement concernés
    Polution3

    Les boues de curage et de dragage

    Les boues de curage et de dragage sont issues de l’entretien de ces réseaux d’assainissement industriels, autonomes et de la vidange des fosses. Elles présentent des caractéristiques très variées et se répartissent en plusieurs catégories :
    – les produits de curage de réseaux d’assainissement urbains (eau traitée en step, boues éliminées en décharge ou mélangées aux boues de stations d’épuration urbaines),
    – les boues de curage industriel (eau, matières organiques, graviers, sables, etc.) envoyées en décharge de classe 1 ou incinérées,
    – les boues issues des ouvrages intercepteurs de pollution tel que les bassins de retenue, les retenues d’eaux pluviales, les fossés, les canaux et les cours d’eau (les particules s’y déposant ayant pour origine l’érosion, la sédimentation et les activités anthropiques).
    Polution4

    Métaux lourds et les coquillages

    Les fruits de mer sont une alimentation à surveiller pour trois raisons principales : d’une part, ce sont d’excellents capteurs de polluants, y compris les métaux, d’autre part, la concentration se fixe sur les organes d’assimilation tels que l’équivalent du foie et du rein, qui sont précisément ce que l’homme mange ; enfin, les Français détiennent le record mondial de la consommation de coquillages frais, en particulier d’huîtres
    Polution5

    Les PCB (polychlorobiphényles) et les PCT (polychloroterphényles),

    Désignés par l’abréviation « PCB », ils ont été fabriqués industriellement à partir de 1930. Leur production est arrêtée depuis les années 80.
    Les PCB ont une longue persistance dans l’environnement et peuvent être transportés sur de grandes distances dans l’environnement. En effet, les PCB sont des substances très peu biodégradables qui, après rejet dans l’environnement, s’accumulent dans la chaîne alimentaire. Ces composés se retrouvent ainsi dans tous les milieux de l’environnement : air, sol, eau, sédiments, mais aussi après transfert, dans les plantes, les animaux et chez les hommes.
    Polution6

    Polution7

    Polution8

    Polution10

    Polution11

    Polution12

    Polution13

    L’amiante

    Polution14

    Polution15

    Polution16

    Polution17

    Marée noire

    Polution18

    Marchandises échouées récupérées ou pas.

    Polution19

    Les pesticides

    Les pesticides sont des substances utilisées pour prévenir, contrôler ou éliminer des organismes jugés nuisibles. On parle aussi de produits phytosanitaires ou produits phytopharmaceutiques.
    Pour la population générale, les sources d’exposition aux pesticides se retrouvent dans l’alimentation, l’eau de consommation, l’air intérieur et extérieur, les sols et les poussières à l’intérieur de la maison. Quelques études suggèrent une augmentation du risque de cancers en zone d’épandage de pesticides ou avec leur utilisation à la maison ou au jardin.
    En milieu professionnel, certaines études ont montré une augmentation du risque de cancers, tels que des lymphomes non hodgkiniens, tumeurs cérébrales, cancers de la prostate, cancer de l’ovaire, cancer du poumon et mélanomes.
    Polution20

    Polution21

    Polution22

    Accidents de transport de matières dangereuses

    Polution23

    La radioactivité naturelle renforcée.

    Les procédés de production de certaines activités industrielles, non liées au cycle électronucléaire, peuvent modifier les équilibres physico-chimiques de la radioactivité naturelle contenue dans les matières utilisées et la concentrer dans les déchets produits. Il s’agit alors de radioactivité naturelle technologiquement renforcée.
    Cette radioactivité naturelle involontairement renforcée provient des industries extractives de minerais et de ressources géologiques ainsi que des étapes successives de séparation, d’épuration, de transformation, et d’utilisation des sous-produits. Il s’agit principalement des activités suivantes :
    • la combustion de charbon en centrales thermiques ;
    • le traitement des minerais d’étain, d’aluminium, de cuivre, de titane, de niobium, de bismuth et de thorium ;
    • la production de céramiques réfractaires ;
    • la production ou l’utilisation de composés comprenant du thorium ;
    • la production de zircon et de baddaleyite ;
    • la production d’engrais phosphatés et la fabrication d’acide phosphorique ;
    • le traitement du dioxyde de titane ;
    • le traitement des terres rares et la production de pigments en contenant ;
    • le traitement d’eau souterraine par filtration destinée à la production d’eau de consommation ;
    • les établissements thermaux.
    L’extraction et le traitement de minerais d’uranium génèrent aussi une radioactivité naturelle renforcée, mais dans ce cas, à la différence des activités industrielles mentionnées précédemment, le minerai est utilisé pour ses propriétés radioactives.
    Polution24


  • Comment les emballages en carton vous font manger du pétrole

    hydrocarbure
    Illustration fournie par l’association Foodwatch – Foodwatch

    Source 20 Minutes

    SANTE

    La plupart des cartons contiennent des huiles minérales dérivées du pétrole qui contaminent nos aliments, dénonce une association…

    Du pétrole dans nos assiettes…

    C’est le constat dressé par l’association Foodwatch. Elle a fait tester en laboratoire 42 aliments conditionnés dans des emballages en carton et extrêmement consommés : des pâtes, du riz, du couscous ou encore des céréales des marques Nestlé, Carrefour, Auchan, Intermarché, Monoprix et Leclerc.

    Résultat : la plupart de ces aliments contiennent des huiles minérales dérivées du pétrole, y compris ceux destinés aux enfants ou bio. Plus précisément, 83 % renferment des « hydrocarbures saturés d’huile minérale », ou MOSH, « qui s’accumulent dans le corps et peuvent entraîner des dommages sur plusieurs organes », détaille Ingrid Kragl, directrice de l’information de Foodwatch.

    Pire : six produits testés sur 10 sont même contaminés par des « hydrocarbures aromatiques d’huile minérale », ou MOAH, qui sont « les huiles minérales les plus dangereuses », précise Ingrid Kragl.

    Un gramme d’hydrocarbures en moyenne dans notre corps

    Ces MOAH sont considérés comme étant cancérigènes, mutagènes – c’est-à-dire qu’ils altèrent le patrimoine génétique des êtres vivants – et ils sont également soupçonnés de perturber le système endocrinien. D’après l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA), toute exposition à ces MOAH par l’alimentation présente un danger potentiel…

    Mais comment ces MOSH et ces MOAH se retrouvent dans nos aliments ? « Les sources de contamination sont les sacs en toile de jute, les encres, les machines servant à produire les aliments, qui sont huilées, les cartons, et surtout, les cartons recyclés », répond Ingrid Kragl. Et le consommateur ne peut rien faire : sans analyse, il lui est impossible de détecter si le carton d’emballage contient ou non des MOSH et des MOAH. Seules certitudes : la contamination s’accroît avec le temps de stockage. Et, d’après le Laboratoire cantonal de Zurich, « notre organisme contient environ un gramme d’hydrocarbures, il s’agit donc du plus grand contaminant présent dans le corps humain », se désole Ingrid Kragl.

    Le problème n’est pas nouveau.

    En 2011, l’UFC Que Choisir avait déjà tiré la sonnette d’alarme. Mais ni les pouvoirs publics français, ni les autorités européennes n’ont pris de mesures. Pourtant, « la contamination des aliments par ces huiles peut être évitée », assure Ingrid Kragl, qui recense trois solutions : l’intégration d’une couche protectrice directement dans les cartons, la mise en place de matériaux absorbants dans les cartons ou encore, l’ajout de sachet dans des matières spécifiques pour protéger les aliments du contact avec les cartons.

    Preuve que cela fonctionne : Foodwatch a également fait tester 42 aliments en Allemagne et ils contiennent bien moins d’huiles minérales. Sans doute parce qu’outre-Rhin, la dangerosité de « ces hydrocarbures alimente le débat public et politique depuis plusieurs années déjà », avance Ingrid Kragl.

    « La France peut mettre en place une réglementation stricte »

    Foodwatch demande aux autorités de se saisir de toute urgence du problème et de rendre obligatoire les barrières efficaces pour tous les emballages alimentaires fabriqués à partir de papier et carton. L’association réclame également le principe de tolérance zéro pour les MOAH et l’instauration d’un seuil maximal pour les MOSH. Elle lance enfin une pétition « Pas d’huiles minérales dangereuses dans nos aliments » qui sera adressée au commissaire européen en charge de la Santé.

    « Sans attendre l’Europe, la France peut mettre en place une réglementation stricte, comme elle l’avait fait avec le bisphénol A », assure André Cicolella, chimiste et président du
    Réseau environnement santé. « Il faut en finir avec cette position laxiste alors que nous sommes confrontés à une situation de crise sanitaire avec une hausse des maladies chroniques. Les citoyens doivent faire pression auprès de leurs politiques, il s’agit de défendre notre santé et celle de nos enfants. »


  • Kinder: Les barres chocolatées contiendraient des substances cancérogènes

    kinder
    Source 20 Minutes

    ALIMENTATION

    L’association allemande Foodwatch a mis en évidence la présence d’hydrocarbures dans certains produits des marques Kinder, Lindt et Rübezahl …

    Alors que son œuf surprise a été récemment banni du Chili pour lutter contre la malbouffe, Kinder se retrouve à nouveau pointé du doigt.

    L’association allemande Foodwatch, qui a testé vingt produits, vient en effet de mettre en évidence la présence d’hydrocarbures, à des niveaux dangereux, dans plusieurs aliments chocolatés. Parmi eux, les barres en rouge et blanc, mais également des produits des marques Lindt et Rübezahl.

    Des hydrocarbures saturés et huiles minérales aromatiques …

    L’association de défense des droits des consommateurs a identifié deux types d’huiles présentes dans ces friandises : d’une part, des hydrocarbures saturés, « qui peuvent s’accumuler dans le corps et endommager durablement les organes », en particulier chez les adultes, précise le site : « Pourquoi Docteur ».
    D’autre part, des huiles minérales aromatiques. « Toutes deux sont connues pour agir comme des cancérigènes et ont des effets délétères sur le génome humain », ajoute le site spécialisé.

    … Provenant du chocolat, des emballages ou des machines.

    Mais alors, pourquoi ces substances a priori nocives se sont retrouvées dans ces sucreries appréciées des plus jeunes comme des « grands enfants » ? Selon Foodwatch, les huiles minérales pourraient provenir du chocolat lui-même, des emballages (en particulier ceux conçus à partir de papier recyclé), ou des machines de fabrication.
    Face à ce constat, l’association a demandé aux industriels de retirer leurs produits du marché et invite l’ensemble des consommateurs à renoncer à des friandises très populaires.

    De son côté, Ferrero a réagi en « évoquant un problème complexe nécessitant une concertation européenne sur la question », d’après Le Parisien, qui relaie le communiqué de la société propriétaire de la marque Kinder.


  • Interdiction des sacs plastiques: une affaire en or pour la grande distribution

    sacs plastiques
    Source Claude-Marie Vadrot POLITIS

    Entre les économies et la vente des sacs réutilisables, les grandes surfaces s’offrent des millions d’euros de chiffre d’affaires

    Les grandes surfaces se gardent bien de crier trop fort contre la suppression légale (article 75 de la loi de transition énergétique) depuis le premier juillet, des sacs de caisse ou des sachets, dits à usage unique, de moins de 50 microns d’épaisseur destinés à emballer les fruits et légumes avant la pesée. Après avoir protesté depuis des années, en concertation avec les fabricants de ces sacs qui parsèment les rues et la nature, elles se sont rendu compte que l’interdiction (déjà souvent observé depuis des mois) constituait une excellente affaire, même si tel n’était pas l’objectif du législateur. De plus les sacs étant importés à plus de 80 % des pays du Sud, leur disparition, contrairement à ce qui a été claironné, n’aura pas d’incidence sur l’emploi.
    D’après la revue Linéaires, le magazine qui commente chaque semaine l’actualité du libre-service et n’a pas pour habitude de critiquer le secteur qui la fait vivre, non seulement la suppression des sacs permet aux enseignes de réaliser une économie annuelle de plusieurs centaines de millions d’euros, mais la vente aux clients de sacs réutilisables a représenté un chiffre d’affaires de 177 millions en 2014, rien que pour l’enseigne Leclerc. Ce qui situe actuellement le chiffre d’affaires du sac renouvelable, écologiquement correct, payant et souvent voué à la disparition chez le client, à plus de 500 millions d’euros pour toutes les enseignes réunies.
    Chiffre qui va grimper rapidement. Ce qui explique, par exemple, la publicité mensongère qui parait depuis trois jours dans la presse écrite, publicité dans laquelle Leclerc se vante d’appliquer la réglementation depuis 1996 et promeut ses sacs payants à usages multiples, transformant la clientèle en messager publicitaire.

    La grande distribution a rapidement compris comment transformer en bonne affaire les récriminations de la clientèle réticente à se passer des sacs gratuits. D’autant plus que les clients les rapportent peu fréquemment ses sacs réutilisables, les transformant souvent en sacs poubelle bien que les ayant payés entre 3 et 7 centimes à la caisse selon les marques. Un prix « indolore » mais qui rapporte pour un objet dont la biodégradabilité reste d’ailleurs problématique. Tout comme leur origine puisque ils sont majoritairement fabriqués à partir de maïs et de pomme de terre, ce qui représente un indéniable détournement de produits alimentaires.

    Economiser sur les sacs plastiques et répercuter le coût des sacs papier !

    En attendant que la majorité des consommateurs se munisse de ses propres sacs ou cabas, ce qui est loin d’être gagné tant sont fortes les mauvaises habitudes créés depuis des années par les super ou hypermarchés, la grande distribution va maintenant pleurer sur l’usage obligatoire de sacs en papier ; en expliquant qu’elle devra « probablement » répercuter le coût de leur usage sur les prix des aliments frais.
    Il y a pourtant longtemps que les magasins spécialisés dans le bio ont instauré leur usage sans être conduits à la faillite…


  • Minidou, Febreze, Harpic… 7 produits ménagers à bannir d’urgence

    produits ménagers1
    Source L’Obs une enquête de « 60 millions de consommateurs » se penche sur la toxicité des produits ménagers.

    Le magazine « 60 millions de consommateurs », de l’Institut national de la consommation (INC), consacre un hors-série aux « poisons » contenus dans les produits ménagers. Edifiant.

    C’est un numéro de « 60 millions de consommateurs » dont la lecture seule provoque de l’urticaire tant ce que l’on y apprend est inquiétant : dans un hors-série paru mardi 12 avril, le magazine se penche sur la toxicité des produits ménagers… Et c’est édifiant !
    « Contrairement aux cosmétiques, les articles des rayons entretien et droguerie sont peu étudiés. La mention de leur composition sur l’emballage n’est pas obligatoire », relève Adeline Trégouët, rédactrice en chef déléguée dans son édito.
    Pourtant, poursuit-elle, ces produits « contiennent en majorité une ou plusieurs substances indésirables, présentant des risques pour la santé humaine et pour l’environnement ».

    Des indications « en pattes de mouche »

    Le magazine rappelle que la législation impose aux fabricants certaines mentions sur leurs étiquettes, aussi bien sur la composition de leur produits que sur leur mode d’emploi, leur dosage ou encore sur les précautions d’usage. Las ! « Ces indications – souvent en pattes de mouche ! – sont loin d’être limpides », déplore « 60 millions de consommateurs ».
    Aussi, la rédaction du magazine a épluché les étiquettes de centaines de produits, classés dans son enquête dans différentes familles. Pour chacune d’entre elles, elle décerne des mauvais points aux articles selon elle les plus nocifs. Voici ses bêtes noires.

    Les antibactériens et désinfectants.

    La première famille de produits d’entretien étudiée est celle des « antibactériens et désinfectants ».
    « La peur des microbes est un terreau de choix pour les marques », relève « 60 millions de consommateurs », mais dégainer un désinfectant n’est pas forcément la marche à suivre pour autant, selon le magazine. Ce dernier rappelle que « la plupart des maladies se transmettent par les mains », et donc, que « les laver soigneusement avec de l’eau et un savon ordinaire suffira amplement à éliminer [les] microbes ».

    Carton rouge au Désinfectant pureté Dettol

    produits ménagers2
    Le désinfectant pureté Dettol contient du chlorure de benzalkonium, substance « qui peut favoriser le développement de bactéries résistantes », relève le magazine qui lui décerne pour la peine un carton rouge et s’étonne de « l’étrange caution du logo de l’Institut Pasteur » qui apparaît sur son emballage.

    Les produits surpuissants

    « 60 millions de consommateurs » se penche également sur les « nettoyants surpuissants et corrosifs ». Ceux-ci « sont très agressifs et peuvent abîmer définitivement vos surfaces […] et, plus grave, vos yeux, vos mains et vos poumons ».
    « L’acide chlorhydrique du Canard (WC) peut brûler la peau et son rejet dans les eaux usées est très toxique pour les poissons, coquillages et crustacés », alerte ainsi le magazine.

    Carton rouge à Mr Propre Fraîcheur du matin avec Febreze

    produits ménagers3
    Ce nettoyant multiusage contient « pas moins de quatre parfums, classés allergisants dans la réglementation européenne », note le magazine. Parmi eux, l’HICC, « considéré comme particulièrement problématique ». Figurent aussi dans sa composition « deux conservateurs (benzisothiazolinone, glutaral), également allergisants ».

    Les parfums et allergisants

    La promesse d’un intérieur et de linge délicatement parfumés ne doit pas faire oublier que « 600.000 à 2 millions de Français » sont affectés par les allergies aux parfums, rappelle « 60 millions de consommateurs », qui s’intéresse aux fragrances des produits ménagers.
    Outre leur caractère allergisant, ces parfums émettent des « composés organiques volatils (COV), qui vont polluer l’air intérieur ».
    Quant aux conservateurs contenus dans les produits ménagers, certains aussi sont allergisants…

    Carton rouge à Minidou concentré « Jardin de fraîcheur »

    produits ménagers4
    « Ne vous laissez pas abuser par le minois innocent du petit piaf blanc de l’étiquette : cet assouplissant est un concentré de substances indésirables », met en garde « 60 millions de consommateurs » qui pointe pas moins de six conservateurs, « tous allergisants et irritants », six parfums allergisants notoires et des silicones.

    Les produits gadgets

    Le magazine analyse également la composition de ce qu’il désigne comme les « produits gadgets » dédiés à l’entretien. Autrement dit, tous ces produits non indispensables qui pullulent dans les rayons. Un exemple parmi tant d’autres, « les nettoyants […] pour fruits et légumes lancés par la jeune marque française Vegan Eden » qui entendent remplacer le nettoyage à l’eau du robinet.

    Carton rouge à Febreze Sleep Serenity Lait chaud et miel

    produits ménagers5
    Cette « brume d’oreiller » contient des « composés franchement indésirables », selon « 60 millions de consommateurs », qui dresse une inquiétante liste : « didécylméthylammonium chloride (irritant et favorisant la résistance des bactéries), hydroxyde de sodium (irritant), linalool et benzisothiazolinone (allergisants) ». Pas de quoi s’endormir tranquille…

    Les lingettes

    N’en déplaise aux fabricants, dont certains incitent explicitement à les jeter dans la cuvette des toilettes, les lingettes « ne sont ni recyclables ni compostables, et doivent donc être jetées dans la poubelle des déchets ménagers », rappelle le magazine. Pour la plupart d’entre elles, elles sont en outre « imprégnées de substances indésirables », alerte le magazine.

    Carton rouge à Harpic Lingettes désinfectantes Hygiène marine biodégradables

    produits ménagers6

    Là, « 60 millions de consommateurs » se fâche tout rouge, car « le fabricant incite explicitement à jeter [ces lingettes] dans les toilettes […] et laisse entendre qu’elles sont biodégradables, ce qui constitue une supercherie intellectuelle ». Par ailleurs, le produit contient du « chlorure de benzalkonium, un antibactérien irritant ».

    Les aérosols

    Après lecture de l’enquête, vous n’utiliserez plus jamais d’aérosol sans frémir, type de produit qui constitue une « triple menace », selon « 60 millions de consommateurs » : « Ce sont des produits très inflammables, leur mode de propulsion décuple l’exposition aux substances indésirables et, en cas de mésusage […], les solvants inhalés peuvent provoquer une mort immédiate ! »

    Carton rouge à Cillit Bang Mousse active douche et surfaces larges

    produits ménagers7
    « Peut éclater sous l’effet de la chaleur. Protéger du rayonnement solaire. Utiliser seulement en plein air… », est-il indiqué dans les mises en garde de ce produit nettoyant de salle de bain. L’aveu d’une « dangerosité certaine », estime « 60 millions de consommateurs » qui pointe de surcroît une « efficacité douteuse ».

    Les « faux produits verts »

    L’enquête pointe enfin les « faux produits verts » : « La présentation de certains produits et les mentions sur leur emballage laissent entendre qu’ils sont doux, naturels, respectueux de notre santé et de la planète. Ce n’est hélas pas toujours le cas. »

    Carton rouge à Mir Vaisselle Secrets de nature Calendula et Method Liquide vaisselle Citron + menthe.

    produits ménagers8
    En dépit d’indications rassurantes sur son étiquette, le premier contient des conservateurs allergisants. Quant au second, deux conservateurs et deux parfums allergisants entrent dans sa composition. « C’est bien dommage, car la démarche de Method ne manque pas d’intérêt », regrette « 60 millions de consommateurs », qui salue une marque se voulant plus respectueuse de l’environnement.

    Vinaigre blanc et bicarbonate : les alternatives naturelles

    Outre un précieux mémo des produits toxiques à détacher, ce hors-série de « 60 millions de consommateurs » offre un éclairage sur la façon de s’en passer, en misant sur le bicarbonate de soude, le vinaigre blanc et autres produits naturels. A chacun d’entre eux correspond un tableau comparatif de marques selon leur rapport qualité / prix.
    Prônant définitivement le « Do it yourself », le magazine délivre enfin 300 recettes pour nettoyer chez soi sans s’intoxiquer.
    E.H.


  • Mercure, arsenic, organes… Le thon en boîte pire que le surimi ?

    Thon
    Des boîtes de thon (FRED TANNEAU / AFP)

    « 60 millions de consommateurs » passe au crible le poisson… et les résultats sont effrayants.

    Mercure, arsenic, morceaux de cœur et d’ovocytes… voilà ce qu’on peut trouver dans d’innocentes boîtes de thon, selon une enquête du magazine « 60 millions de consommateurs » qui paraît ce jeudi. L’association de consommateurs a passé au crible près de 130 produits à base de poisson consommés régulièrement, et les résultats sont plutôt effrayants.

    Principale source d’inquiétude : le thon en boîte. Parmi les 15 marques analysées, toutes contiennent du mercure et de l’arsenic, à des doses variables. Surprise, c’est la marque Leader Price qui s’en sort le mieux, suivie de Carrefour. En revanche les marques l’Odyssée de chez Intermarché, Capitaine Nat, Petit Navire et Saupiquet sont à éviter, si l’on en croit le magazine de consommation.

    Moins dangereux mais pas très appétissant, certaines boîtes contiennent aussi des organes du poisson. On trouve des morceaux de cœur chez Saupiquet, Pêche Océan, la marque de Leclerc, et Casino, et des traces d’ovocytes dans le thon de la marque Cora.
    Carton rouge aussi pour les noix de Saint-Jacques : près de la moitié d’entre elles contiennent plus d’eau que de poisson.

    Sushis et surimi s’en sortent mieux

    Le surimi tire par contre son épingle du jeu. « On constate que certaines marques ont fait de gros efforts avec des produits avec moins d’additifs et au moins 50 % de poissons dedans. En revanche parmi les produits les moins chers, certains sont catastrophiques avec d’une part moins 20 % de poisson, de mauvaise qualité de surcroît, et de la farine, de l’huile, du sucre, du sel, des colorants et des additifs divers », explique Thomas Laurenceau de « 60 millions de consommateurs », sur Europe 1.

    Quant aux sushis, sur les marques analysées, tous sont sains, selon l’enquête de l’association de consommateurs, qui note toutefois que les sushis au thon seraient plus frais que ceux au saumon.


  • Le poison est toujours moins cher !

    Le poison est moins cher

    Piment moulu aux crottes de rats, thé bio aux pesticides… Christophe Brusset, ingénieur de l’agroalimentaire, publie un livre, sur les « petits secrets » de l’industrie.

    Selon vous, nous ne savons pas ce que nous mangeons. Il suffit pourtant de regarder les étiquettes…


    Non, tout n’est pas écrit. Et quand c’est écrit, c’est souvent incompréhensible pour le consommateur : E150, E110, E112… Même pour moi, il est difficile de savoir ce que l’on retrouve vraiment dans un produit préparé. Il y a une infinité de matières premières, d’additifs… et cela bouge sans arrêt. Vous savez ce qu’est de la « gousse de vanille épuisée » ?

    Non…


    Ce sont ces petits points noirs que l’on trouve dans les glaces, par exemple. Il s’agit d’une vanille moulue dont on a extrait l’arôme avec un solvant – l’hexane – un produit chimique cancérigène. Et ce résidu, qui est un déchet, on vous le met dans la crème glacée pour la rendre plus « authentique ». Les traces d’hexane n’apparaissent pas dans les ingrédients.

    Pourquoi ?


    Il y en a très peu. Le législateur considère que, si un élément rajouté se retrouve dans le produit fini à l’état de traces, il n’est pas obligatoire de le déclarer. On appelle ça des « auxiliaires technologiques ». C’est le cas des solvants, des agents de démoulage (pour éviter qu’un biscuit colle au moule), agents anti-mousse, clarifiants, humectant, certains conservateurs…. Il est pourtant connu et démontré que nombre de ces molécules sont nocives, allergisantes et peuvent incommoder certaines personnes sensibles.

    On trafique donc les produits en toute légalité ?


    Oui, cela commence par l’utilisation massive d’additifs : pour épaissir, conserver, colorer, baisser les calories, faire croustiller… Eux doivent être déclarés, en revanche. Il n’existe pratiquement aucun produit alimentaire qui n’en contienne pas au moins un.

    Il existe plus de 300 additifs autorisés. Ils ne sont donc pas dangereux ?


    A priori non. Mais, plus on les étudie, plus on s’aperçoit qu’ils peuvent l’être. Prenons le cas des colorants azoïques, cinq fois plus vifs et bien moins chers que les colorants naturels. Jusqu’au 10 juillet 2010, ces molécules « ne représentaient pas de danger pour la santé ». Désormais, elles peuvent « avoir des effets indésirables sur l’activité et l’attention chez l’enfant ». De quels « effets » parle-t-on et à quelle dose ? En attendant, les azoïques continuent à être utilisés, notamment en confiserie. Il suffit de le mentionner sur le paquet.

    Quel intérêt de recourir à ces substances ?


    C’est parfois esthétique, mais cela permet surtout de baisser les coûts. Les additifs facilitent l’ajout d’ingrédients pas chers. Et le moins cher des moins chers, c’est l’eau. Lorsque vous fabriquez des produits qui peuvent en absorber – charcuterie, laitages, plats industriels, glaces, filets de poisson surgelés… -, vous avez tout intérêt à le faire pour gagner en productivité. Mais il faut ensuite ajouter des additifs pour stabiliser.

    C’est-à-dire ?


    Quand vous « gonflez » du jambon, pour que l’eau reste à l’intérieur, on injecte des texturants. Et, pour que le produit ait un peu de goût, il faut ajouter des arômes : « nature », « fumé », « aux herbes »… Et des colorants pour le rendre plus appétissant.

    Même un produit naturel comme le miel peut être bidouillé ?


    Oui, il lui arrive d’être coupé avec de l’eau et du sucre artificiel. Mais, là, c’est une fraude, donc c’est illégal. Une étude de Que Choisir de 2014 a pourtant montré que 30 % du miel en rayon était frauduleux. Et personne ne fait rien !

    Les « spécialités régionales » n’en sont pas toujours, dites-vous ?


    La moutarde de Dijon, par exemple, est une recette, pas une origine géographique. La nôtre était fabriquée en Hollande et en Allemagne, avec des graines canadiennes. Les escargots « de Bourgogne », c’est une espèce que l’on trouve partout. Moi je les achetais en Turquie et en Europe de l’Est. Pareil pour les cèpes « de Bordeaux » : des boletus edulis achetés en Chine. Les herbes « de Provence » ? De la marjolaine d’Égypte, du thym du Maroc, du Romarin de Tunisie. Trompeur, mais tout à fait légal.

    Et vos piments aux poils et crottes de rats ?


    C’était une pollution sur un lot acheté en Inde. Il arrive que des rongeurs ou des oiseaux se retrouvent dans les entrepôts de stockage. Et comme on ne jette pas la marchandise – il y en avait pour 80 000 € – il a fallu trouver une solution. On a tout broyé finement et on l’a mélangé à de la bonne qualité. On a revendu ça en « poudre de piment ».

    Légal ?


    Personne ne nous a rien demandé et, comme on a toujours droit à un petit pourcentage de « matières étrangères » – poussière, brindilles, fragments d’insectes -, c’est passé tout seul. La tolérance de matières étrangères est généralement de 0,2 % ou 0,5 %.

    Parfois, on retrouve des pesticides là où on ne les attend pas…


    Cela nous est arrivé sur du thé bio au citron. Le thé était bon, mais pas les extraits naturels d’agrumes qui avaient été traités. Les 50 000 boîtes ont été écoulées.

    C’est monnaie courante ?


    On estime qu’entre 3 % et 6 % des produits vendus en rayons dépassent la limite autorisée sur les pesticides.

    Il arrive aussi que l’emballage soit en cause…


    J’avais eu le problème sur des cartons recyclés. On a retrouvé des hydrocarbures d’huiles minérales, cancérigènes et génotoxiques, dans des lentilles. Elles avaient été contaminées dans le paquet. Les cartons recyclés contiennent des vernis, des encres qui peuvent migrer vers le produit. Mieux vaut choisir des cartons bruns ou blancs, faits avec des fibres vierges.

    Pourquoi ce livre, pour régler des comptes ?


    Non, je suis reconnaissant aux entreprises qui m’ont fait vivre. Mais j’étais témoin de choses étonnantes, que je ne pouvais raconter qu’à mes proches. Pas publiquement, si je voulais garder mon emploi. Et aujourd’hui encore, je ne cite pas leur nom, pour éviter les procès. Attention, tout le monde ne travaille pas mal. Je veux juste sensibiliser les gens, parce que les contrôles ne révèlent pas tout.

    Vous achetez en supermarché ?


    Oui, mais j’évite les produits premier prix et tout ce qui est chinois ou indiqué « hors union européenne ». J’ai énormément acheté là-bas et je connais la qualité. Sans parler des nombreux scandales : peintures toxiques dans les petits pains, porcs aux anabolisants cancérigènes, choux-fleurs au formol, lait contaminé à la mélamine… La charcuterie bas de gamme ou les plats préparés, je n’achète pas non plus. Je cuisine au maximum !


  • La publicité transforme des Slovènes en paysans basques

    paysans basques
    Source : Reporterre le quotidien de l’écologie

    Les publicitaires ne reculent devant aucun mensonge

    Un spot publicitaire représentant « d’authentiques paysans basques » a en fait été tourné en Slovénie. (C’est moins cher !)

    Cette réclame trompeuse promeut de grosses entreprises qui détournent l’effort des petits paysans basques pour une agriculture autonome et de qualité.

    Une action spectaculaire a eu lieu le jeudi 12 janvier à Pau (64) : des paysans du Pays Basque ont déversé 8000 litres de lait de brebis devant la Maison de l’agriculture.

    Cet acte de colère voire de désespoir risque fort d’être suivi par d’autres coups d’éclat dans les jours à venir.
    En effet, les industriels laitiers du Pays Basque refusent de collecter 1,35 millions de litres de lait AOC Ossau-Iraty à la Coopérative basque des producteurs de lait, qui est un des bastions des paysans luttant pour la qualité et le respect de l’AOC du fromage de brebis du Pays Basque, dans l’objectif de permettre aux petites exploitations de survivre en misant sur la qualité plutôt que sur la quantité.

    Les industriels jouent quant à eux sur l’utilisation de l’image Pays Basque pour écouler des quantités de plus en plus grandes de fromages, au détriment de leur qualité et de leur authenticité, et au risque de dégrader à terme le capital qualité fondamental pour maintenir localement une agriculture paysanne de petites, et donc- nombreuses exploitations.

    Le cynisme s’affiche chaque jour avec de moins en moins de complexe

    Telle publicité du groupe Lactalis mettant en scène des paysans et paysages soi-disant basques est en réalité tournée en Slovénie, comme le démontre le making of déniché sur internet… Cette publicité trompe les consommateurs tout comme le fromage qu’elle a pour objectif de vendre. Le fromage fabriqué en usine au lait Espagnol dans des moules en plastique…

    La pub pour le fromage « Le P’tit Basque – Istara » : un grand père basque dit à son petit enfant de berger « Quel goût ! T’es pas Basque pour rien mon petit ! »

    Le making off (film documentaire relatant le tournage ou la production d’un film) : nous sommes en fait en Slovénie, et le grand-père lit en phonétique le message en question. Le publicitaire n’est en fait pas beaucoup plus faussaire que l’industriel laitier pour lequel il travaille, qui utilise quant à lui la marque AOC Istara pour ce fromage qui n’a rien d’AOC !

    En effet, si « le P’tit Basque » se pare du nom Istara, marque de fromage faite avec du lait AOC Ossau Iraty, lui-même n’a en fait rien d’AOC. Ce genre d’arnaque se multiplie localement, avec les mêmes noms (Agour, Onetik) utilisés indifféremment pour vendre du fromage AOC ou du fromage non AOC, induisant le consommateur en erreur et mettant en danger la référence à l’AOC.

    On en arrive à la situation absurde et intolérable où ces industriels laitiers importent désormais 8,5 millions de litres lait de brebis (d’Espagne et d’Aveyron) en Pays Basque, terre de bergers, et obligent au même moment les producteurs AOC à jeter 1,35 millions de lait de brebis basque non collecté !

    Cette situation est inacceptable et génère aujourd’hui un climat de lourdes tensions en Pays Basque. Un bras de fer décisif pour cette bataille et pour l’avenir de l’agriculture de qualité en Pays Basque va se dérouler dans les jours à venir.

    A un moment où la campagne présidentielle va regorger de « Produire français », quelle est sur ce scandale la position de M. Bruno Lemaire, ancien ministre de l’agriculture ayant une résidence secondaire à Saint Pée sur Nivelle en Pays Basque et responsable du programme de M. Nicolas Sarkozy ?


  • Quels pesticides mangeons-nous sans le savoir ? … entre autres !

    pesticide encore
    Un agriculteur pulvérise des pesticides sur des cultures dans le Nord de la France. – P.HUGUEN/AFP PHOTO

    Source : Audrey Chauvet 20Minutes

    Une salade au DDT et une pomme au chlorpyrifos-éthyl pour le déjeuner ? Ça ne donne pas vraiment faim mais c’est pourtant ce que nous mangeons chaque jour : plusieurs études réalisées par Greenpeace ou l’association Générations futures ont montré la présence de plusieurs pesticides dans des aliments très largement consommés. Du 20 au 30 mars, la Semaine pour les alternatives aux pesticides, organisée par Générations futures, veut mettre en avant les impacts des pesticides sur notre santé. A commencer par ceux que l’on mange tous les jours sans le savoir.

    Du DDT, alors qu’il est interdit

    Le DDT, ou dichlorodiphényltrichloroéthane, a été massivement utilisé en France après la Seconde Guerre mondiale pour la démoustication de nombreuses régions françaises – la Camargue par exemple – et dans le monde pour éradiquer le paludisme. Interdit en France en 1972 pour ses effets néfastes sur tous les organismes vivants qui y sont exposés, il persiste dans les sols pendant des années et, d’après un rapport de l’Institut national de veille sanitaire publié en 2013, la France est un des pays où l’on retrouve le plus de résidus de DDT dans les analyses d’urine de la population. Un rapport de l’association Générations futures en a retrouvé dans des salades vertes et Greenpeace en a décelé la trace dans des pommes.

    Le chlorpyrifos-éthyl, le plus polémique

    Mis sous le feu des projecteurs par l’émission Cash Investigation diffusée en février, le chlorpyriphos-éthyl est un insecticide largement utilisé en France sur les vergers, les vignes et certaines céréales. L’association Générations futures a révélé sa présence dans des fraises françaises et espagnoles. Il est aussi présent dans les pommes, selon Greenpeace. Le chlorpyriphos-éthyl fait actuellement l’objet d’une étude de l’Agence de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) qui pourrait conduire à un abaissement des seuils autorisés en France en fonction de sa toxicité pour l’homme, et notamment de sa capacité à provoquer des anomalies cérébrales chez les fœtus.

    Le glyphosate, plus connu sous le nom de RoundUp

    La France voulait l’interdire aux jardiniers amateurs mais l’Europe a freiné, il est classé cancérigène par l’OMS mais pas par l’Autorité européenne de sécurité des aliments (Efsa) : le RoundUp, dont la molécule principale est le glyphosate, reste bien accroché aux sols français. Selon un rapport rendu en 2010 par l’Anses, le glyphosate est « le principal pesticide à l’origine du déclassement [dégradation] de la qualité des eaux (dans près de 60 % des cas pour les eaux de surface [rivières, lacs…]) en métropole ». On en trouve des traces dans le soja OGM mais aussi dans les tampons hygiéniques, fabriqués avec du coton traité au glyphosate.

    Les néonicotinoïdes ne font pas du mal qu’aux abeilles

    Ils seront interdits au 1er septembre 2018, mais d’ici là les néonicotinoïdes seront encore dispersés sur de nombreuses cultures végétales et utilisés pour traiter les animaux contre les parasites. Dignes remplaçantes du DDT, ces molécules ont coûté cher aux abeilles, dont les colonies ont connu une très forte mortalité depuis une vingtaine d’années. Mais les ruches ne sont pas les seules à avaler des néonicotinoïdes : l’association Générations futures en a retrouvé des traces dans des courgettes, des tomates, du thé, des fraises et des aubergines.
    Allez, bon’ap !


  • La fin du phosphore et la prévisible crise agricole

    Phosphore1
    Photo : Radio-Canada
    Source : Rachel Brillant, de l’émission La semaine verte

    L’azote, le phosphore et le potassium.

    Pour qu’une plante sorte de terre et développe ses feuilles et ses graines, elle a besoin de nourriture : pas moins de 13 éléments nutritifs, dont trois essentiels : l’azote, le phosphore et le potassium. Pourtant, l’un d’eux pourrait bien disparaître dans les prochaines décennies.

    Le phosphore est essentiel au transport de l’énergie dans les cellules, la division cellulaire et l’enracinement. Sans lui, la production agricole serait impensable sur terre.

    Le phosphore sous la forme d’engrais chimique est devenu indispensable. Le phosphore à l’état naturel dans le sol est peu disponible. Il est fixé aux métaux comme le fer et l’aluminium. La plante ne peut pas s’en nourrir. Les fumiers en fournissent, mais les fermes d’élevage ne sont pas toujours proches des cultures.

    Au cours des deux derniers siècles de pratiques agricoles intensives dans le monde, les principales sources de phosphore ajouté ont beaucoup changé.

    Les épandages ont d’abord été sous forme organique, comme le lisier des animaux, le guano, les excréments humains. À partir des années 1940, l’agriculture, devenue spécialisée et intensive, en est venue à dépendre du phosphore minéral.

    Phosphore2
    Évolution des sources d’épandage : le lisier des animaux de ferme (en vert), le guano des oiseaux (en rouge), les excréments humains (en jaune) et le phosphore minéral (en bleu). Photo : Radio-Canada

    Engrais en voie de disparition

    Or, l’engrais phosphore sous forme minérale est une ressource limitée, non renouvelable. Et sa disparition est aujourd’hui annoncée.
    On a plusieurs études qui ont montré que le pic était déjà atteint et que, dans les années 2040, 2050, on serait déjà en déclin avec les phosphates.

    Phosphore minéral sédimentaire

    Environ 85 % du phosphore minéral des engrais agricoles est de la roche phosphatée sédimentaire. Le minerai est prélevé dans des mines à ciel ouvert. La roche phosphatée sédimentaire est constituée d’os de poissons et d’oiseaux de rivages, de coquillages et de restes d’animaux.

    Phosphore3
    Photo : Radio-Canada

    Avant de devenir un engrais assimilable par la plante, la roche sédimentaire doit subir un traitement chimique. L’acide sulfurique crée le phosphate connu sous la formule P2O5.
    Le traitement chimique génère un volume considérable de matière résiduelle : cinq kilos de gypse pour un kilo de d’engrais commercial.

    Les mines de phosphore dans le monde

    Les gisements rocheux sous forme sédimentaire sont rares et mal répartis. Environ 85 % des gisements sont aux mains de quelques pays :
    • Le Maroc, le géant, est le premier exportateur mondial et possède plus du tiers des réserves mondiales.
    • La Chine renferme le quart des réserves.
    • Les autres mines importantes se trouvent aux États-Unis et en Afrique du Sud.

    L’utilisation agricole abusive

    L’agriculture mondiale utilise 20 millions de tonnes de cet engrais chimique par année.
    Les mines de phosphore s’épuisent rapidement parce qu’entre autres, l’utilisation de cet engrais est abusive. Jusqu’à 80 % des épandages de phosphore s’échappent vers les cours d’eau de surface, par ruissellement. Irrécupérable.

    Le phosphore perdu dans les cours d’eau contribue à l’eutrophisation, la prolifération d’algues et à la formation de cyanobactéries.

    Pour freiner les pertes d’engrais phosphatés, les agriculteurs ont commencé à adopter de nouvelles pratiques comme laisser le sol à nu le moins possible et réduire au minimum le travail de sol.

    Phosphore4
    Photo : Radio-Canada

    Contrairement à l’azote, le phosphore n’est pas mobile dans le sol. Si le sol est dégradé, en poussière ou compacté, il se fixe aux métaux avant même que les racines de la plante n’aient eu le temps de l’atteindre.
    C’est pourquoi entre 70 % et 90 % de l’engrais phosphaté n’atteint jamais les racines des plantes.
    En réduisant le travail de sol, à cause des nouveaux équilibres biologiques qui se produisent, la prolifération des micro-organismes, en particulier les champignons mycorhizes, il y a un travail plus efficace du phosphore, donc cela réduit la dépendance à des apports extérieurs.

    Des solutions… ?

    Les recherches démontrent que les engrais de ferme devraient être considérés comme première source de phosphore.
    En 2050, pour nourrir 10 milliards d’habitants sur terre, la production alimentaire devra augmenter de 70 %. L’agriculture pourra de moins en moins compter sur l’apport du phosphore d’origine sédimentaire.
    À moins que l’industrie ne développe une autre forme de phosphore : l’apatite, qui provient des gisements de roches ignées (roches volcaniques), issus de la consolidation de la croûte terrestre.


  • Arsenic, plomb, dioxines… Notre alimentation quotidienne

    poison dans le frigo
    Source : Le point.
    De l’arsenic dans le café, du plomb dans notre pain, de l’aluminium dans nos pâtes… De nombreux aliments de consommation courante contiennent des substances ultra toxiques d’après un rapport de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses).

    Du plomb dans le pain

    Baguette, biscotte, pain de mie… Selon l’Anses, ces produits contiendraient des métaux comme le plomb et le cadmium, ainsi que des mycotoxines (substances émises par les champignons).

    Ces substances sont-elles dangereuses ?

    Le plomb est toxique pour le cerveau, les reins et le cœur. Le cadmium est un métal lourd classé comme cancérigène pour l’homme, mais aussi toxique pour les reins et la reproduction. Les mycotoxines sont des champignons pouvant être toxiques à certaines doses. Si celles retrouvées dans les aliments cités ci-dessus sont faibles, les niveaux d’exposition sont suffisamment importants pour qu’elles soient classées comme « substances pour lesquelles le risque toxicologique ne peut être écarté ».

    D’où viennent ces contaminants ?

    « Le plomb et le cadmium sont captés par le blé via le sol et se retrouvent dans le pain. Ces métaux sont naturellement présents dans les sols, mais peuvent aussi résulter d’une pollution industrielle », explique le Dr Jean-Charles Leblanc, chef du département de l’évaluation des risques liés aux aliments à l’Anses et coordinateur de l’étude.
    Quant aux mycotoxines, elles sont émises par des champignons qui s’attaquent aux céréales.

    De l’arsenic dans le café

    L’enquête de l’Anses sur l’alimentation révèle que de l’arsenic inorganique et de l’acrylamide sont présents dans le café.

    Ces substances sont-elles dangereuses ?

    L’arsenic inorganique entraîne diverses maladies graves telles que le cancer ou des maladies cardiovasculaires. L’acrylamide est une substance classée comme probablement cancérigène pour l’homme. « Même si les doses retrouvées dans le café sont faibles, c’est un produit de grande consommation. Le risque toxicologique ne peut être écarté », explique le Dr Jean-Charles Leblanc.

    D’où vient l’arsenic retrouvé dans le café ?

    S’il est naturellement présent dans les sols, l’arsenic a été aussi longtemps utilisé dans la composition de pesticides, polluant ainsi les terres agricoles pour de nombreuses années. L’acrylamide apparaît dans le café lors de la torréfaction.

    Rappel : l’Anses recommande de ne pas dépasser trois tasses de café par jour.

    De l’aluminium dans les pâtes

    Selon l’enquête de l’Anses, les pâtes alimentaires contiendraient de l’aluminium.

    L’aluminium est-il dangereux ?

    C’est une substance toxique pour le cerveau et la moelle épinière. Elle peut entraîner des troubles psychomoteurs. Les doses retrouvées lors de l’étude sont faibles. « Nous signalons qu’un risque toxicologique ne peut être écarté pour les adultes et les enfants. Les pâtes, compte tenu de leur niveau de consommation, représentent des contributeurs importants à cette exposition », explique Jean-Charles Leblanc, coordinateur de l’étude à l’Anses.

    D’où vient l’aluminium retrouvé dans les pâtes ?

    Ce métal naturellement très présent dans les sols est aussi utilisé dans l’industrie agro-alimentaire, notamment en tant qu’additif. « Nos méthodes d’analyse ne nous ont pas permis de distinguer l’aluminium venant de la nature et celui apporté par l’industrie », souligne le scientifique.
    Sans oublier les casseroles !

    Des PCB dans le beurre

    Selon les recherches de l’Anses, les produits laitiers contiendraient des substances insoupçonnées : arsenic inorganique et plomb dans le lait, dioxines et PCB dans le beurre !

    Ces substances sont-elles dangereuses ?

    L’arsenic inorganique peut être responsable de cancer et de maladies cardiovasculaires. Le plomb est toxique pour le cerveau, les reins et le cœur. Les dioxines et PCB sont cancérigènes et toxiques pour la reproduction. Même si les doses retrouvées par les chercheurs sont faibles, la consommation de produits dérivés du lait est très importante, notamment chez les enfants. Le risque toxicologique pour ces substances ne peut donc être écarté.

    D’où viennent ces contaminants ?

    « Ces substances chimiques sont présentes dans les sols, soit naturellement, soit du fait de l’activité humaine. L’alimentation des bovins est contaminée, puis leur lait », précise Jean-Charles Leblanc, chef du département de l’évaluation des risques liés aux aliments à l’Anses.

    Des sulfites dans le vin

    L’étude de l’Anses alerte sur la présence de sulfites dans le vin et de plomb dans les boissons alcoolisées.

    Ces substances sont-elles dangereuses ?

    Les sulfites sont soupçonnés d’être cancérigènes. Le plomb est toxique pour le cerveau, les reins et le cœur. Les personnes les plus à risque sont bien sûr les forts consommateurs d’alcool.

    D’où viennent ces contaminants ?

    Les sulfites sont des conservateurs ajoutés dans le vin. « Les additifs sont plus simples à maîtriser, leur réglementation a récemment été revue à la baisse », précise Jean-Charles Leblanc, coordinateur de l’étude. Le plomb, lui, est présent dans les sols et se retrouve dans le raisin ou les ingrédients des boissons alcoolisées. Une contamination industrielle ne peut être exclue.

    Robinet ou bouteille : l’eau est contaminée !

    Même si elle est claire et n’a pas de mauvais goût, l’eau peut contenir des substances toxiques telles que l’arsenic inorganique et le plomb. C’est ce qu’a dévoilé l’étude de l’Anses qui s’est portée aussi bien sur l’eau du robinet que sur des eaux embouteillées vendues dans le commerce.

    Ces substances sont-elles dangereuses ?

    Le plomb est toxique pour le cerveau, les reins et le cœur. L’arsenic inorganique peut entraîner un cancer ou des maladies cardiovasculaires. « Les doses sont faibles mais l’eau étant consommée en grande quantité et par toute la population, le risque toxicologique ne peut être écarté », précise Jean-Charles Leblanc, chef de département de l’évaluation des risques liés aux aliments et coordinateur de l’étude.

    D’où viennent ces contaminants ?

    Ces substances sont présentes dans les sols, naturellement ou du fait des rejets industriels.

    Les emballages alimentaires sont contaminés !

    Canettes, bouteilles en plastique, films étirables…Les phtalates et le bisphénol A (BPA) sont très utilisés dans l’industrie agro-alimentaire.

    Ces substances sont-elles dangereuses ?

    Oui, il s’agit de perturbateurs endocriniens. De nombreux scientifiques mettent en garde contre leurs effets à long terme sur la descendance des humains. C’est le cas du chercheur André Cicolella, porte-parole du Réseau environnement santé : « Contrairement aux autres substances toxiques, les perturbateurs endocriniens sont nocifs à très faible dose. C’est pourquoi ils devraient être retirés autant que faire se peut de notre environnement. »

    Nos aliments peuvent-ils être contaminés ?

    Oui ! « On soupçonne la présence de ces substances dans les aliments par la migration de l’emballage vers le produit », explique Jean-Charles Leblanc, coordinateur de l’étude de l’Anses.

    Mercure, dioxines : quels poissons éviter ?

    Le poisson est indispensable à une alimentation équilibrée (moins calorique que la viande, riche en oméga 3). Toutefois, mieux vaut ne pas en manger les yeux fermés ! Les poissons sont contaminés par plusieurs polluants tels que le mercure (surtout dans le thon), les dioxines et les PCB.

    Ces substances sont-elles dangereuses ?

    En plus d’être cancérigènes, les dioxines et PCB sont des perturbateurs endocriniens, c’est-à-dire qu’ils nuisent à la reproduction humaine. Le mercure est particulièrement toxique durant la grossesse pour le fœtus.

    Quels poissons éviter ?

    Les poissons de rivières sont plus touchés. L’anguille, le barbeau, le brème, la carpe et le silure sont les plus à risque d’être contaminés. L’Anses déconseille aux enfants de moins de 3 ans, aux adolescentes, aux femmes en âge de procréer, enceintes et allaitantes d’en consommer.

    D’où viennent ces contaminants ?

    Ce sont en majorité des polluants d’origine industrielle qui ont été rejetés dans l’environnement.

    Rappel : L’Anses recommande de manger du poisson deux fois par semaine au maximum, en associant un poisson à forte teneur en oméga 3 (saumon, maquereau) et un poisson maigre (truite, cabillaud). Elle conseille par ailleurs de varier les espèces et les provenances.

    Gare à l’effet cocktail !

    Les taux de polluants contenus dans les aliments restent dans la limite de sécurité fixée par les autorités sanitaires. Mais que se passe-t-il si on mange plusieurs aliments contaminés ?

    Cet « effet cocktail » est redouté par de nombreux scientifiques. « Lorsque l’on consomme plusieurs polluants, leur toxicité peut se combiner de façon à avoir un effet encore plus nocif pour l’organisme. Les autorités sanitaires n’en tiennent pour l’instant pas compte dans leurs études et pour fixer leurs seuils de toxicité », alerte le chercheur André Cicolella, porte-parole du Réseau environnement santé. « Ce phénomène est particulièrement préoccupant lorsqu’il s’agit d’un mélange de perturbateurs endocriniens, tels que les dioxines ou les PCB par exemple. »

    Pour Jean-Charles Leblanc, coordinateur de l’étude de l’Anses, c’est le manque de moyens techniques qui est en cause. « L’étude sur l’alimentation n’a pas tenu compte de cet effet cocktail, même si cette question est connue depuis plusieurs années. Nous ne disposons pas pour l’instant des outils nécessaires pour l’évaluer. »

    Sources :
    • ANSES, Etude de l’alimentation totale française 2, Juin 2011.
    • Institut français de la nutrition
    • Dr Franck Gigon, Petit dictionnaire énervé des aliments toxiques , Ed. de l’Opportun, 2011.


  • Les soigneurs de terres – France 2 – 31/01/2016

    Vidéo du couple Bourguignon à voir, revoir et diffuser

    Même notre actuel ministre de l’agriculture en est conscient !

    Merci Florent pour le lien.

    Le labour profond est une invention européenne du XIX° siècle

    Il a été exporté en Amérique par les émigrants et nous est revenu, après-guerre, avec des outils encore plus performants dans la destruction !

    Le texte qui suit reprend un exposé datant du 26 décembre 1875 et réalisé devant la Société Agricole de Wassy.

    Plaidoyer pour l’approfondissement des labours
    Plaidoyer pour l’approfondissement des labours


  • Monsanto en détresse ? La fin est-elle proche pour la multinationale ?

    Monsanto bio1
    Source : Mr Mondialisation.

    Il est désormais impossible d’échapper à Monsanto.

    Son but officiel (ou commercial) était d’améliorer le sort de l’humanité par le biais de la prolifération des OGM et des pesticides qui vont avec. Pour ce qui est d’avoir sauvé le monde, on peut émettre des doutes, mais en matière d’objectif économique, la multinationale va atteindre ses objectifs avec une croissance soutenue depuis plusieurs années. En effet, la société tentaculaire détient aujourd’hui le monopole du marché des semences transgéniques dans le monde.
    En matière d’intrants chimiques, son herbicide Roundup inonde le marché mondial de l’agriculture malgré son classement en « probablement cancérogène » par l’OMS en mars 2015 et les divers scandales qui frappent le produit.

    À titre d’exemple, une université révélait en octobre 2015 que 85% des tampons et serviettes hygiéniques contenaient des traces du fameux herbicide. Qu’on redoute ou non l’utilisation des OGM, il est désormais impossible d’échapper à Monsanto et à son lobbying forcené, jusque dans notre intimité.

    La courbe s’inverse

    Si certains la disent plus puissante que les gouvernements, Monsanto n’est qu’une entreprise cotée en bourse comme les autres. Elle répond à la demande du marché (gouvernements/consommateurs) et sa survie dépend de la confiance des investisseurs en sa capacité à générer des bénéfices. En 2015, l’Union Européenne autorisait la commercialisation de 19 OGM, dont 11 de Monsanto. Cet appel d’air ne suffira pas à relancer la multinationale qui, fin 2015, annonçait une chute de 15,5% de ses bénéfices en l’espace d’un an. Dans le même temps, en France, le groupe était condamné par la cour d’appel de Lyon pour l’intoxication d’un agriculteur français qui utilisait l’herbicide Lasso. Ce recul de 2.31 milliards de dollars sur son dernier exercice fiscal avait contraint l’entreprise à devoir se séparer de 2.600 travailleurs, soit 13% de ses effectifs.

    Mais la chute ne s’arrête pas là

    Début 2016, le ralentissement des ventes des semences transgéniques dans le monde continue de frapper le géant américain. De plus, nombre de pays poursuivent le gel de la commercialisation du désherbant vedette Roundup. Le mercredi 6 janvier, Monsanto a donc annoncé une nouvelle suppression de 1.000 emplois supplémentaires d’ici 2018. Une « décroissance » forcée qui devrait lui coûter jusqu’à 1,2 milliard de dollars de restructuration tout en lui faisant économiser 400 millions de dollars par an. Malgré ses efforts, les prévisions 2016 sont loin d’être encourageantes pour la multinationale qui envisagerait une fusion de sauvetage avec le groupe chimique suisse Syngenta. Cependant, la multinationale conserve des ressources mais sa survie dépendra de l’évolution du marché ces prochaines années.

    Rattrapé par les enjeux environnementaux

    Monsanto serait-il rattrapé par les enjeux environnementaux qui mobilisent de plus en plus les citoyens et le débat public ? Rien n’est certain à ce stade. Dernièrement, l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) a jugé « improbable » le caractère cancérogène du glyphosate, lavant de tout soupçon, par la même occasion, le Roundup de Monsanto. S’opposant de plein front aux conclusions scientifiques de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), l’EFSA a adopté une méthode d’étude très controversée, observant le produit dans sa composition chimique simple, et non pas le produit commercialisé et au contact de la population (lire cet article pour comprendre) .
    Ce rapport est pourtant supposé éclairer les décideurs de la Commission Européenne qui devra prochainement réévaluer les autorisations de commercialisation du produit dans l’Union. Cette décision pourrait jouer un rôle décisif quant à l’avenir de Monsanto mais également de toute l’alimentation industrielle en Europe.
    Rappelons à toutes fins utiles que des alternatives biologiques au Roundup, sans danger pour l’Homme, existent dès à présent.
    Citons par exemple Osmobio, une entreprise française qui propose une alternative naturelle au glyphosate. Jacques Le Verger, à l’origine de cette innovation, attend cependant l’autorisation de mise sur le marché de son désherbant biologique depuis trois ans.

    Deux mondes aux logiques diamétralement opposées semblent se disputer l’avenir de la planète et les prochaines décisions des gouvernements pèseront fortement dans la balance, si ceux-ci gardent une indépendance vis-à-vis du lobbying et d’une possible corruption. On rappellera que 200.000 agriculteurs et 3 millions de jardiniers utilisent le Roundup en France et que les semences Monsanto se retrouvent sur 25% des terres cultivables françaises.

    Mais ne nous faisons pas trop de soucis pour Monsanto. Il suffit de voir comment ils rachètent les filières Bio, s’étant rendu compte de l’intérêt financier de la filière !

    Quelques liens édifiants :

    Monsanto se met au bio !
    Agriculture bio, réseaux et lobbying.
    Le bio ou comment prendre des vessies pour des lanternes.

    Monsanto bio2


  • Le poulet européen sera-t-il lavé chimiquement à l’américaine, pour faire plaisir aux US?

    Poulet

    Une demande américaine

    Selon une organisation européenne de consommateurs, le ministère de l’Agriculture américain demande à l’Union européenne de faire appliquer le lavage chimique des volailles au nom d’une meilleure hygiène alimentaire.

    Les poulets vendus en Europe pourraient bientôt devoir être trempés dans des solutions chimiques avant de pouvoir être commercialisés. La proposition émane de la Commission européenne et sur demande américaine.
    Derrière cette proposition, il y a la main des Etats-Unis, motivée par une meilleure hygiène alimentaire, selon les critères appliqués dans le pays. Outre Atlantique en effet les rinçages chimiques sont utilisés à grande échelle dans les usines de volailles pour combattre notamment les bactéries et surtout le campylobacter, cause majeure d’intoxication alimentaire. Du coup, le département de l’Agriculture américain aimerait voir l’Europe appliquer ces mesures. L’occasion pour l’organisation des consommateurs européens de monter au créneau pour dire non « aux poulets chimiques ».
    Camille Perrin chargée des questions alimentaires au Bureau européen des unions de consommateurs (BEUC) explique ainsi son refus :

    « On veut que l’Union européenne agisse pour rendre notre poulet plus sûr, parce que le campylobacter est un problème de santé publique mais il existe d’autres façons d’y parvenir ».
    « En Europe, on a cette philosophie qu’on appelle « de la ferme à la fourchette ». Elle implique que l’on mette tout au long de la chaine alimentaire des mesures pour prévenir la contamination. L’idée, ce n’est pas d’utiliser en fin de chaîne un traitement dont l’efficacité laisse à désirer. »

    Camille Perrin ajoute que « plusieurs études ont démontré que les Européens n’ont absolument aucune envie de manger du poulet traité avec des produits chimiques ». Il reste à informer les experts des Etats membres de l’Union européenne, mais toutes les discussions se déroulent à huis clos, sans que le consommateur puisse intervenir. (Tiens, tiens …)

    Les débats ont lieu en huis clos…

    Ainsi, une nouvelle directive va surgir, obligeant les français (entre autres) à se plier à une DICTATURE ALIMENTAIRE motivée et orchestrée par de grands groupes tels que Mosanto et leurs amis…

    Du poulet à l’eau de Javel quoi.

    Les prémices de l’accord Tafta qui s’écrit en cachette, pour nous éclater en pleine figure…
    Les américains vont donc continuer à nous dicter ce que nous devons aimer, détester, qui combattre, qui protéger. Parce que nous manquons sans doute de discernement pour le faire par nous-mêmes …

    C’est triste. Combien risque-t-on pour vouloir manger nos poulets et nos oies sans adjuvant et sans traitement (supplémentaire…) ? L’Europe dira Amen à tout ce que « l’Oncle SAM » demandera.

    Pour conclure

    Quand l’Europe aura accepté et nous aura imposé le « lavage chimique » des poulets, les USA pourront nous vendre plus facilement leurs poulets industriels et finir de ruiner nos éleveurs de poulets déjà mal en point.


  • Encore un méfait des empoisonneurs industriels

    vignes
    Source ZURICH (Reuters) –

    Bayer conseille aux vignerons de ne plus utiliser son fongicide Moon Privilege© Fotolia

    Le groupe chimique allemand Bayer conseille aux vignerons de ne plus utiliser son fongicide Moon Privilege dans l’attente des conclusions d’une enquête lancée par sa filiale CropScience sur un lien éventuel entre ce produit et des altérations de la vigne !!!

    Il conseille ! Il ne retire pas de la vente, il conseille ! Après c’est votre problème.
    Certains vignerons, en particulier en Suisse, ont signalé que le vignoble avait une forme inhabituelle et que les rendements étaient inférieurs cette année.

    Evoquant des « symptômes atypiques » dans les vignes aspergées en 2014 de Moon Privilege, appelé Luna Privilege sur certains marchés, Bayer écrit sur son site internet : « Tant que la cause de ces modifications dans les vignes demeure inexpliquée, nous recommandons par mesure de précaution de ne pas utiliser Luna Privilege pour la culture de la vigne. »

    Bayer exprime aussi ses regrets et dit tout mettre en oeuvre pour découvrir la cause de cette situation. Ah ! il conseille et il regrette !

    Certains vignerons suisses accusent le fongicide de Bayer d’être responsable de leurs maux et ils réclament des indemnités, rapporte dimanche le journal Schweiz am Sonntag. Ils estiment que le vignoble suisse pourrait perdre 10% de sa récolte, ajoute le journal.

    Selon le Schweiz am Sonntag, Bayer reconnaît dans une lettre adressée aux vignerons une « probabilité élevée » de lien entre le fongicide et les dégâts subis par le vignoble.

    Il n’a pas été possible de joindre CropScience dans l’immédiat.

    L’an dernier, Bayer a estimé à plus de 250 millions d’euros le chiffre d’affaires annuel maximum de sa gamme de produits Luna, lancée en 2012 et utilisée dans la culture fruitière et maraîchère.


  • Ca y est : Le Frankenfish arrive

    Salmon

    Voir mon premier article sur le sujet FRANKENFISH

    Le «Frankenfish» : premier animal génétiquement modifié autorisé à la consommation aux Etats-Unis.

    Les autorités sanitaires américaines ont autorisé jeudi un saumon génétiquement modifié à la consommation, premier animal transgénique à arriver dans les assiettes des Américains, malgré l’opposition d’associations de consommateurs.

    «Sur la base d’une analyse complète des éléments scientifiques» fournis par la société qui l’a conçu, le saumon AquAdvantage «remplit les conditions réglementaires» et est «propre à la consommation», a estimé FDA. Les autorités sanitaires ont jugé qu’il était «aussi nourrissant que les autres saumons de l’Atlantique non transgéniques et qu’il n’y avait pas de différences biologiques notables entre ce poisson et les autres saumons d’élevage de l’Atlantique».

    Cette décision de l’Agence fédérale des médicaments et de l’alimentation (FDA) est annoncée après des années de controverse sur ce poisson, qui est une sorte de nouveau saumon de l’Atlantique auquel on a injecté un gène du saumon chinook du Pacifique afin qu’il grossisse deux fois plus vite. Il peut ainsi atteindre sa taille adulte au bout de 16 à 18 mois, au lieu de 30 mois pour un saumon de l’Atlantique.
    Le saumon AquAdvantage ne peut être élevé qu’à terre, dans des bassins d’éclosion fermés, dans deux installations spécifiques au Canada et au Panama, précise la FDA, excluant un élevage aux Etats-Unis. Pour l’instant.

    Des associations de défense des consommateurs avaient estimé qu’il pouvait être dangereux pour la santé et qu’il présentait des risques pour les autres poissons s’il était libéré dans la nature. La FDA a fait valoir à cet égard que le saumon AquAdvantage était «stérile et que donc, s’il devait par le plus grand des hasards s’échapper, il ne pourrait pas se reproduire ou établir de populations à l’état sauvage». A moins que ….

    Bien sûr l’étiquetage n’est pas obligatoire !

    Les associations avaient aussi réclamé que ce saumon soit étiqueté mais, selon la loi américaine, ceci n’est requis que lorsqu’il y a «une différence matérielle tel qu’un profil nutritionnel différent» entre le produit transgénique et le produit naturel similaire. Or, «dans le cas du saumon AquAdvantage, la FDA n’a pas trouvé de différences», mais publié des recommandations pour un éventuel étiquetage. En l’absence de label et pour éviter de manger du saumon transgénique, les consommateurs peuvent toujours acheter du saumon sauvage, a suggéré un représentant de l’Agence.

    L’association The Consumers Union s’est dite «extrêmement déçue par la décision». Le scientifique Michael Hansen a lui affirmé que «les consommateurs méritent de savoir quel type de nourriture ils achètent, et sondages après sondages une immense majorité nous a fait savoir qu’ils voulaient un étiquetage de la nourriture OGM».

    Les apprentis sorciers sont très contents de leur trouvaille

    Selon William Muir, professeur de génétique à l’université de Purdue, cette décision est «tout à fait gagnante-gagnante pour l’environnement, les consommateurs et le processus» d’évaluation des données de ce poisson, car «il n’y a pas de preuves crédibles que ces poissons posent un risque, soit pour la santé humaine, soit pour l’environnement».

    «C’est très encourageant de voir que le processus d’évaluation des risques a été enfin terminé et que l’utilisation de la génétique pour améliorer l’élevage puisse avancer», s’est aussi félicité Helen Sang, professeur de biologie au Roslin Institute à l’université d’Edimbourg en Ecosse.

    Des économistes et des juristes de l’université de Duke avaient cependant jugé trop étroits, en novembre 2010, les critères retenus par la FDA pour évaluer le saumon. Dans la revue Science, ils se demandaient notamment s’il n’était pas plus «judicieux» de se pencher sur le fait de savoir si le saumon représente «vraiment un plus pour la société dans son ensemble».

    Revoir mon premier article sur le sujet FRANKENFISH Datant du 18 avril 2014

    … et bon appétit à tous …!